mercredi 20 juillet 2016

[Chronique] L'Epreuve, tome 3 : Le Remède Mortel - James Dashner

Auteur : James Dashner
Pages : 384
Titre original : The Maze Runner, Book 3 : The Death Cure
Prix : 18,50€ (grand format papier), 7,80€ (poche papier), 12,99€ (numérique)

Résumé : LE TEMPS DES MENSONGES EST TERMINÉ.

Une des couvertures
originales
Le WICKED a tout volé à Thomas : sa vie, sa mémoire et maintenant ses seuls amis. Mais l'épreuve touche à sa fin. Ne reste qu'un dernier test...
Terrifiant.
Cependant, Thomas a retrouvé assez de souvenirs pour ne plus faire confiance à l'organisation. Il a triomphé du Labyrinthe. Il a survécu à la Terre Brûlée. Il fera tout pour sauver ses amis, même si la vérité risque de provoquer la fin de tout.







"C'était très déstabilisant de lutter contre une chose qu'on désirait plus que tout."





Et voilà la trilogie principale terminée après ce dernier tome.
Cette fois-ci, l'histoire se déroule la plupart du temps dans de nouveaux lieux qu'on découvre, faisant parti du monde réel que Thomas n'a jusqu'alors jamais connu depuis qu'on lui a retiré sa mémoire. Et à présent, il veut tout faire pour être enfin libre du WICKED, ainsi que détruire cette organisation cruelle. C'est donc principalement en compagnie de Minho, Newt, Brenda et Jorge qu'il va essayer d'accomplir la mission qu'il s'est fixé.
Couverture poche
Avant toute chose, pour moi, cette saga est montée crescendo : j'avais apprécié le premier tome, mais sans plus, vraiment aimé le second, et là j'ai adoré ce dernier tome.
L'histoire est très prenante, et si vous voulez de l'action, vous allez être servi ! En effet, pas le temps de s'ennuyer dans ce roman, l'action se trouve partout, haletante. On veut toujours savoir la suite, même si elle se montre plus que mouvementée. Le récit est sombre, comme les précédents : James Dashner ne prend pas l'horreur avec des pincettes, il la montre telle qu'elle est, faite de mort, de sang mais aussi de folie. Dès qu'on croise un fondu, on s'imagine la peur qu'il peut engendrer, par sa violence et par sa folie. J'ai beaucoup aimé cette facette de l'écriture de l'auteur, qui nous montre la réalité de la cruauté humaine, qui émane particulièrement du WICKED.
Ancienne couverture
Les personnages sont toujours fidèles à eux-mêmes, seulement, dans ce troisième tome, on remarque qu'ils sont à bout, on voit leurs faiblesses, car ils n'en sont pas dénués. On a donc le droit à leurs doutes, leurs peurs ainsi que toutes les émotions qui forment l'être humain. On comprend donc les motivations de chacun, tous ayant foi en leurs croyances, les rendant humains, ainsi que ce qui a pu rendre certains fous par leurs idées. On peut donc essayer de pardonner à certains personnages leur comportement.
La plume de l'auteur est toujours aussi entraînante, mais aussi touchante dans les moments qui font mal à Thomas, mais aussi à nous, lecteurs. Elle m'a transportée dans cet univers encore une fois, pour me mener jusqu'à la conclusion finale de cette trilogie.
Cette fin conclut très bien la saga, après toutes les péripéties, les morts, les souffrances et douleurs qu'a vécu Thomas et ses amis. Elle répond à la plupart de nos questions, mais brise aussi certaines hypothèses et idées qu'on pouvait avoir à propos du WICKED et de certains personnages. Une fin qui fait réfléchir sur les convictions de chacun, et sur l'humanité elle-même, mais particulièrement sur l'implication de certains personnages dans l'histoire lors du dernier chapitre et de l'épilogue, nous ramenant encore et toujours à une question importante : "WICKED is good" ?


Un dernier tome qui conclut donc parfaitement la saga, pleine d'action, de questions, de réponses, au milieu d'un monde où tout est ravagé et où la question de la survie de l'humanité se pose chaque jour. Thomas connaîtra-t-il enfin le bonheur de vivre libre de toute manipulation ? L'organisation qui se qualifie comme bonne l'est-elle vraiment ? L'histoire de ce tome vous le dévoilera.