mardi 27 février 2018

[Chronique] Lebenstunnel, tome 1 : Allégeance - Oxanna Hope #PLIB2018

Auteur : Oxanna Hope
Pages : 292
Titre original : Lebenstunnel, tome 1 : Allégeance
Prix : 17,00€(papier), 4,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Lebenstunnel, tome 1 : Allégeance
• Lebenstunnel, tome 2 : Chaos
• Lebenstunnel, tome 3 : Pénitence

Résumé : Et si le dénouement de la Seconde Guerre mondiale n'était pas celui que l'on connaissait ? 200 ans après la victoire d'Hitler, Germania n'est plus un mythe. La race aryenne tant espérée par le Führer domine le monde et toutes les autres ethnies ont été éradiquées de la planète. Krista, jeune Aryenne, travaille dans un Lebensborn. Elle a été élevée dans le moule de la race pure et ne connaît que ce mode de vie, jusqu'au jour où elle suit malgré elle une femme dans les égouts de la ville. Ce qu'elle y découvre va ébranler toutes ses convictions et peut remettre en question le fonctionnement même du monde dans lequel elle vit.



"La cruauté n'a ni couleur de peau, ni religion."





   Cela faisait plusieurs mois que j'avais ce roman dans ma PAL numérique, sans que je ne prenne le temps de le sortir, et c'est à l'occasion du Prix littéraire de l'Imaginaire 2018 que je l'ai fait. Sans ça, je n'aurais peut-être pas lu ce livre de sitôt, et c'aurait été une erreur de ma part, puisque ce fut une très bonne lecture, comme vous pourrez le voir lors de cet avis.

   Pour ce roman, on part d'une question plutôt simple : et si Hitler et les nazis avaient gagné la Seconde Guerre Mondiale ?
   C'est en partant de là que l'autrice nous offre ce roman, avec une intrigue tournant autour d'une société où seuls ceux correspondant au physique Aryen ont l'autorisation de vivre. Mais, c'est sans compter sur la génétique, mais aussi sur les survivants au génocide, puisque sous la ville de Germania vit en secret une communauté de gens, qu'ils soient bruns, aux yeux marrons ou encore Juifs, ...
   Le récit nous emmène ainsi dans la découverte de cette population cachée, mais nous permet aussi de voir comment une société aryenne aurait pu évoluer si elle avait pu exister.

  L'héroïne principale, Krista va vite s'apercevoir qu'il y a de la vie humaine sous ses pieds, et elle devra alors faire face à toutes les convictions qu'on lui a inculquée depuis toute petite.
Au départ, elle est loin de s'affranchir des idées reçues sur la soi-disant race supérieure, sur les Juifs, ... Elle a toujours vécu dans l'optique de cette perfection et de cette "pureté", quoi qu'il puisse en coûter en vies humaines pour que cela se perpétue. 
   Mais au fil des heures, et même des jours, qu'elle passera en compagnie de ces "impurs", elle remettra en question une bonne partie de ces croyances et sera en proie au doute à propos de son peuple.

   Les moments de mouvement et de dynamisme s'enchaînent parfaitement à ceux plus calmes, plus propices à l'introspection, pour nous mener dans cette aventure aux côtés des personnages.
   Résignation, acceptation, doute, mais aussi révolte et courage feront partie de cette intrigue dystopique et uchronique, où l'action viendra se mêler à ces questionnements pour nous offrir un roman haletant et entraînant tout du long, que l'on vivra avec la jeune Krista.

   Krista est un personnage fort qui a toujours été élevé dans la pensée aryenne, et ce depuis qu'elle est née. Alors forcément, lorsqu'elle doit faire face à ce qu'elle ne connaît pas, la peur et le dégoût se forment en elle tandis que ce qu'on lui a toujours dit à propos des personnes non-Aryennes lui revient en mémoire. On compatit pour elle, car on comprend que c'est l'endoctrinement qu'elle a suivi qui fait qu'elle pense de cette manière, mais aussi car elle prend la peine, au fur et à mesure, de remettre en question ce qu'elle avait pu apprendre le long de sa vie. Le temps qu'elle se rende compte de l'ineptie de ce qu'on lui a inculqué, le doute reste en elle, et on ne peut s'empêcher de grimacer face aux pensées et remarques qu'elle a toujours plus ou moins inconsciemment envers les non-Aryens. Elle est en effet au départ bornée sur ses convictions, mais elle verra petit à petit que les autres hommes ne sont pas moins méritants de vivre que ceux du peuple Aryen, et qu'ils tout aussi humains, avec des qualités et des défauts. 
    Ces fameux hommes se sont réfugiés depuis près de deux siècles dans les réseaux souterrains de Germania, afin de pouvoir avoir un semblant de vie malgré la violence et la mort qui restent sur leurs pas s'ils venaient à n'être pas assez vigilants. Cette vie en communauté, sa façon de fonctionner ainsi que le fait des souterrains ne fut pas sans rappeler Les Âmes Vagabondes de Stephenie Meyer, mais ce fut là la seule ressemblance que l'on peut notifier (Attention, je ne dis pas que l'autrice s'en est inspiré, seulement que cela m'y a fait penser).

   Dans cette population recluse, on croisera de nombreuses personnes méfiantes, voire haineuses envers Krista, du fait de son appartenance au peuple Aryen qui décima les autres "races" d'hommes par le passé. On voit alors qu'ils ne sont malheureusement pas toujours différents des Aryens, quand il s'agit de la peur d'autrui, de la cruauté de certains ou lorsque le danger frappe à la porte. Mais quelque-uns accorderont quand même un peu de dignité au personnage principal, comme Anna, que l'on ne sait pas trop cerner, ou comme Elias.
   Ce dernier est l'un des autres protagonistes de l'histoire, auquel on s'attache vite. Il est l'un des seuls qui daigne accorder un tant soit peu d'attention à Krista, et qui acceptera en apprenant à en savoir plus sur elle de voir l'humain plutôt que l'Aryenne. Il est de plus un personnage qui veut combattre pour sa liberté et pour des conditions de vie décentes, alors que la plupart des autres se sont résignés depuis longtemps à sa vie miséreuse, pour eux et pour leurs enfants.

   Ce roman est vraiment intéressant, car en plus de la dynamique du récit, des actions et leurs aboutissants, on a un côté humain qui nous mène à réflexion. En effet, il semble pour une grande partie d'entre nous normal que tout un chacun, peu importe sa religion, sa couleur de peau ou son physique, ait le droit de vivre et que donc il n'atteigne en aucun cas à la dignité ou à la vie d'autrui pour ces raisons-là. Sans autant rentrer dans ce genre de débat, le livre nous fait réfléchir, non pas seulement à cela, mais aussi à nos réactions et pensées si nous étions conditionnés à penser d'une certaine manière, si nous étions obligés de vivre cachés, ou encore si nous ne connaissons pas la différence. Le développement de cet aspect fut pour moi vraiment captivant, car on se demande comment l'on se comporterait si nous étions dans l'une de ses situations. Face à ça, on pourrait dire "Mais non, jamais je ne serais comme ça", "C'est tout simplement inhumain, il est impossible que je me comporte ainsi", "Je n'aurais en aucun cas obéi, je me serais insurgé et battu peu importe le coût". 
   Oui, peut-être que certains d'entre nous auraient réellement agi comme ça, mais quand on est face à la peur de l'inconnu, quand on se retrouve à devoir se confronter à la différence qu'on nous a toujours fermement appris à mépriser et qu'on n'a jamais vu en vrai, quand on est conditionné depuis toujours, que ce soit dans la sphère familiale, amicale, éducative, à un certain mode de pensée, sommes-nous tous enclins à la révolte, à la remise en question de ce qu'on a toujours connu et cru, à l'acceptation d'autrui ? Ce sont des questions qui se posent, sans qu'on trouve jamais la réponse de ce que nous aurions réellement fait et pensé, sans qu'on le sache avec certitude. Et tout cet ensemble m'a vraiment intéressé, tout du long du roman, et a fait que je pouvais avoir de l'empathie pour Krista notamment.       Bien que cela n'excuse pas ce qui a pu être fait, que soit dans la fiction comme ici ou dans l'Histoire, que cela n'explique pas les horreurs commises, surtout que certains étaient conscients de ce qu'ils faisaient alors qu'ils n'avaient pas été conditionnés, c'est une réflexion autour de l'humain et ce dont il est capable face au contexte, qui je pense peut avoir sa place.

   Le roman m'a ainsi entraîné entre action et réflexion, pour nous mener à une fin faite de rebondissements et croyances parties en fumée, qui laisse comprendre que nous sommes encore qu'au début de ce périple. Ces révélations nous mènent à l'aube d'un jour nouveau, un avenir naissant qui a une chance de se profiler à l'horizon si les gens tentent ce combat, encore flou et incertain, mais qui viendra sans aucun doute heurter les protagonistes et les citoyens. Une conclusion qui termine ce premier chapitre de l'histoire bien plus vaste encore, que l'on souhaite découvrir aux côtés des personnages dans les prochains tomes.


   Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce premier tome de la trilogie. J'ai été entraînée tout du long, et les réflexions derrière tout ça ont été intéressantes à chaque instant. On s'attache vraiment aux personnages principaux, tels Elias ou Krista, et on apprend à leurs côtés comment a pu se construire chacun des peuples auxquels ils appartiennent. L'idée de partir sur un simple "si" pour construire une uchronie est souvent captivant lorsque c'est bien traité, et Oxanna Hope l'a réussi avec brio et d'une manière maîtrisée et réfléchie. C'est avec hâte que j'ai envie de découvrir les deux tomes qui permettront de clore cette trilogie, et qui je l'espère seront aussi bons que celui-ci.

Ce roman (#ISBN:9782365385230) fait d'ailleurs partie de la pré-sélection pour le Prix littéraire de l'imaginaire 2018 organisé par Booktubers App, que vous pouvez retrouver grâce à #PLIB2018.




mercredi 21 février 2018

[Chronique] Voyageuse, tome 1 - Iman Eyitayo #PLIB2018

Auteur : Iman Eyitayo
Pages : 248
Titre original : Voyageuse, tome 1
Prix : 12,90€(papier), 5,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Voyageuse, tome 1

Résumé : À 18 ans, Kanyin vient de terminer son lycée avec brio et ne tient plus en place à l’idée d’entrer enfin à l’université.
Toutefois, lorsque sa mère lui annonce qu’elle doit passer ses vacances au Bénin, auprès de son père, sa bonne humeur s’évapore. Ce dernier étant constamment accaparé par son métier de chirurgien, la jeune fille s’attend à deux mois d’ennui et de solitude.
Elle ne prévoyait certainement pas retrouver un vieil ami d’enfance dans une situation plus qu’inattendue : dans le coma.
Et elle s’attendait encore moins à ce qu’en le touchant, elle se retrouve projetée dans un endroit des plus étranges…



"Je devais trouver un moyen d'y retourner."




   On commence ce roman en étant les témoins d'un intrusion malveillante chez un jeune homme que nous ne connaissons pas encore, sans en savoir les motivations, et qui sera le point de départ de l'aventure que nous nous apprêtons à suivre.
   A partir de là, on ira aux côtés du personnage de Kanyin, une jeune fille de dix-huit ans qui doit passer ses vacances d'été dans son pays d'origine, le Bénin, pour y rejoindre un père trop occupé par sa carrière. C'est donc avec déception qu'elle part en direction de ce pays, se disant qu'elle n'allait que peu voir son père avec lequel elle a une relation quasi-inexistante, et qu'elle allait certainement s'ennuyer vu qu'elle ne connaît personne d'autre que son paternel là-bas. 

   Une fois sur place, elle se remémorera néanmoins un ancien ami, et se demandera s'il est toujours présent dans le quartier africain. Mais elle va vite déchanter en apprenant que celui-ci est dans le coma depuis maintenant près de deux semaines. Elle ira alors lui rendre visite, et à partir de là, tout commence pour elle.
   Elle se retrouvera projetée dans un monde qu'elle n'avait jamais vu, et des plus étranges. Elle y aperçoit des caractères chinois un peu partout, que ce soit dans le ciel ou sur la terre. Au fil de la découverte de ce monde, elle verra qu'il se révèle être loin d'être enchanteur...

   L'histoire nous emmène dans une épopée de la part de notre héroïne et des autres protagonistes, où la liberté est au cœur de tout. Dans ce nouveau monde, Kanyin découvrira que la magie existe, et ce sous plusieurs formes, grâce à un apprentissage de l'écriture et la langue chinoise. Le récit est entraînant, car on souhaite découvrir la suite des aventures des personnages, mais aussi d'en savoir plus sur cette magie, sur les enjeux, ou encore sur les ennemis invisibles et encore mal définis auxquels ils doivent se confronter. La plume nous immerge d'autant plus facilement dans l'intrigue, puisque les pages défilent très vite sous nos yeux de manière fluide.

   De plus, l'utilisation de certains mots chinois, ainsi que de certains symboles nous donne envie d'en voir plus sur cette langue, et ce fut pour moi un certain plaisir de les croiser au fil de ma lecture, d'autant plus qu'étudiant les bases de cette langue dans le cadre de mes études. Cela me facilitait un peu la tache, car alors je connaissais la prononciation des mots, et reconnaissais certains que j'avais déjà eu l'occasion d'apprendre. 
   Mais l'autrice nous offre en plus de cette culture chinoise sa propre culture, car l'histoire se déroule au Bénin et Iman Eyitayo en est originaire. On voit alors entre les pages la description du quartier où vit le personnage principal, mais on découvre aussi des plats typiques de ce pays, qu'on a alors envie de découvrir par nous-même dans la vraie vie. Cette culture apportée par le roman est un véritable plus que j'ai trouvé très appréciable durant ma lecture. 

   Les personnages sont en partie assez attachants, que ce soit Kanyin, Jun, ou encore Alisha. Kanyin est une jeune femme qui n'hésite pas une seconde pour aider ses amis ou des inconnus dans le besoin. C'est un personnage fort, qui sa bat jusqu'au bout, même si cela peut parfois aller jusqu'à effleurer la limite entre la vie et la mort. Jun, l'autre protagoniste de l'histoire, semble plus réfléchi, mais il ne tergiverse pas quand il s'agit de combattre pour sa liberté et pour celle de ses compagnons.    On rencontre d'autres personnages, tels que le douce Alisha ou encore la froide Mei Li. On a des personnages très différents les uns des autres, qui forment alors un groupe hétérogène, fait de personnalités propres à chacun. Mais pour une partie d'entre eux, on ne sait rien ou presque, et ce n'est pas assez pour qu'on s'y attache. Je n'ai pas ressenti de fort attachement à ces personnages, voire pour certains n'en avait pas vraiment, bien que j'ai apprécié les suivre.

   Le monde construit dans cet ouvrage est intéressant, particulièrement du fait qu'il soit lié à la culture chinoise, dans bien des aspects. C'est toute cette construction autour de cette dernière qui en un univers propre à ce livre, et avec lequel on veut s'imprégner pour nous aussi en saisir le sens. 

   On a le droit durant le livre à des scènes de combats entre créatures mythiques et nos personnages, qui nous embarque dans une action qui laisse rarement le temps de souffler aux personnages. Le dernier auquel on assiste est d'autant plus spectaculaire, et on assiste presque avec émerveillement à tout ce qui se passe durant les pages qui le décrivent. 

   Pour ce qui est de la fin, nous avons un moment de répit avant la révélation finale qui nous mène vers la sortie d'un second tome que l'on aimerait découvrir, afin d'en connaître plus sur la magie lié au récit, mais aussi sur les adversaires et les aventures que devront surmonter les protagonistes, et qui se révéleront certainement aussi importants que dans ce premier livre, si ce n'est peut-être plus.


   Pour conclure, j'ai apprécié cette lecture, que ce soit par le monde empreint de la culture chinoise et de magie, que par le quotidien béninois de Kanyin. Le récit nous entraîne rapidement dans cette aventure avec un personnage principal fort, dans un univers propre à ce livre. Bien que cela ne soit pas une de mes lectures phares parmi celles de ce début de l'année 2018, l'utilisation du chinois, de ses créatures, et bien d'autres, fut un point que j'ai particulièrement aimé dans ce roman et qui m'a impliquée encore plus dans les péripéties vécues au fil des pages. 

Ce roman (#ISBN:9791096622207) fait d'ailleurs partie de la pré-sélection pour le Prix littéraire de l'imaginaire 2018 organisé par Booktubers App, que vous pouvez retrouver grâce à #PLIB2018.



jeudi 15 février 2018

[Interview] Nine Gorman - Le Pacte d'Emma #PLIB2018

Photo © Ilya Romie

Quelques mois après la sortie de son roman "Le Pacte d'Emma", et dans le cadre du Prix Littéraire de l'Imaginaire 2018 (#PLIB2018) organisé par Booktubers App, où le livre fait parti des pré-sélectionnés, Nine Gorman a accepté d'être interviewée sur le blog, et je partage alors avec vous ses réponses.


Avant de commencer, voici un résumé du livre si cela vous intéresse : 

Je pensais qu'en me lançant dans ce pacte je risquais seulement ma vie, mais c'est ma raison qui est en train de s'envoler. 

Je l'ai embrassé, mais ce n'est pas ce qui est le plus déraisonnable. 

Ce qui l'est, c'est que j'ai aimé ça. 



Tout d'abord, a-t-il été nécessaire de faire des recherches pour le roman en dehors du voyage effectué à New York l'année passée ?
Oui, notamment sur les maladies neurodégénératives 🙂
Leurs effets, comment elles sont diagnostiquées, suivies, quelles "types" de population elles touchent, et surtout où en est la recherche actuellement concernant ces maladies, pourquoi c'est compliqué de les guérir, ... Je me suis beaucoup documentée sur le sujet, et j'ai questionné aussi des médecins pour parfois mieux comprendre certains jargon médicaux qui m'étaient complètement obscurs quand je lisais des rapports ou revues sur le sujet.
Je me suis aussi documentée sur le mythe du vampire, pour connaître ses origines, les différentes formes qu'il a pris avec le temps dans la littérature pour essayer de réfléchir à une version différente du vampirisme dans mon roman, plus ancrée dans la "réalité".


Cela a dû être des recherches vraiment intéressantes à faire, mais aussi enrichissantes !
Comment cela s'est passé pour la publication de ton livre ? Est-ce toi qui as envoyé ton manuscrit, ou est-ce la maison d'éditions Albin Michel qui t'a contactée suite à sa publication sur la plateforme Wattpad ?
Oui c'était super intéressant, j'ai appris des tas de choses !
Alors en fait, je ne comptais pas faire publier le Pacte d'Emma au départ. Quand j'ai démarré son écriture, c'était pour me remettre dans le bain. Pas que je ne croyais pas en cette histoire, mais elle vivait sur Wattpad et ça me suffisait, je me faisais la main dessus, j'expérimentais des trucs, j'étais contente. Pour moi, je me disais qu'une fois que j'allais être à l'aise avec l'écriture, je penserais à ce moment-là à me lancer dans un roman dans le but d'être publié. Mais j'ai été prise de court à l'été 2016 quand on a commencé à me contacter pour éditer mon roman qui n'était même pas terminé à l'époque.


Comment a réagi ton entourage à cette nouvelle ?
Très bien ! Ils étaient très fiers 🙂 Je crois qu'ils étaient moins choqués que moi au final, comme si pour eux ça coulait de source que ça allait arriver.


C'est toujours un super soutien ce type de réactions je pense, ça doit conforter dans l'envie de faire vivre nos écrits, mais aussi de croire en soi et en ce qu'on fait 🙂
Tu as aussi écrit un autre roman, cette fois-ci à quatre mains avec Mathieu Guibé et publié intégralement sur Wattpad, intitulé "Ashes Falling For The Sky", dans un genre qui ne comporte pas de fantastique, au contraire de "Le Pacte d'Emma". Est-ce difficile de gérer l'écriture de deux histoires sensiblement différentes en même temps ? 
Je pensais au début que ça allait compliqué, mais en réalité pas tant que ça. Le Pacte d'Emma est finalement une histoire fantastique très légère, le contemporain prend énormément le dessus. Ce dont je pensais être compliqué c'était de mélanger la personnalité des personnages, et que "Ash" devienne un deuxième Andrew par exemple. Mais finalement c'est comme si c'était difficile de confondre un ami avec un autre, ils ont chacun leur personnalité, leur identité propre, tu peux très bien les côtoyer ensemble sans que ça ne pose de problème. C'est pareil dans l'écriture au final, chaque personnage est différent, et c'est juste incroyable quand tu en prends conscience et que tu t'attaches à tes personnages comme à des personnes réelles.


J'entends beaucoup parler de ce sentiment envers ses personnages de la part d'un auteur, ça doit être particulièrement fort et je suppose qu'on laisse ainsi souvent une petite part de soi en eux. 
Justement, si tu devais être l'un de tes personnages, tous écrits de ta part confondus, qui serais-tu ? 
Hum... Je dirais que ça dépend des périodes et des situations. Je suis très proche de Nathan Young, je fonctionne énormément comme lui, néanmoins j'ai aussi pas mal de points en commun avec Andrew. Après ces deux personnages ne sont finalement pas si éloignés que ça l'un de l'autre, même s'ils ont l'air complètement opposés dans l'histoire. J'aime les imaginer comme une même personne qui a évolué différemment à cause des événements de la vie.


Je trouve cette approche vraiment intéressante, j'aime bien l'idée de jouer sur une évolution différente qui changerait la personne en fonction de ce qu'elle a vécu.
As-tu une phase dans la construction du roman que tu aimais moins faire que d'autres (corrections, relecture, réécriture, écriture de certaines scènes, ...) ?
La réécriture c'est un passage à la fois hyper intéressant, et en même temps c'est pas la partie que je préfère. En fait, je procède toujours par une première écriture très instinctive, j'écris "sans réfléchir" et je viens par la suite peaufiner le tout une fois terminé avec la réécriture. Trouver des nouvelles idées pour mieux agencer son histoire lors de la réécriture c'est hyper stimulant, mais on est aussi dans une autre mécanique, c'est moins à l'instinct, c'est moins dans "l'émotion" on est plus dans le "calcul" de comment trouver la meilleure formule, et c'est moins plaisant, je trouve 🙂


• Quel effet cela fait de se dire que son livre va être lu par d'autres, par des inconnus ?
Ce que je trouve excitant dans l'écriture c'est de se dire que mes personnages vont pouvoir vivre au-delà de mon imagination, et peut-être toucher d'autres personnes comme ils m'ont touchée pendant l'écriture. Emma dit à un moment donné dans l'histoire : Je rêverais d'écrire un roman. Que des gens le lisent, ressentent une foule d'émotions. 
C'est au fond un peu ma pensée à moi aussi, du coup être lue par des inconnus ça donne une chance de peut-être les toucher, et c'est comme avoir accompli quelque chose d'important pour moi.


• Je trouve que c'est une belle manière de penser, de vouloir faire ressentir et partager des émotions par le biais de l'écriture.
Mais tu n'es pas seulement autrice, tu es aussi ce qu'on appelle une Booktubeuse, puisque tu partages sur ta chaîne Nine Gorman (anciennement Les lectures de Nine) ton avis sur certains romans, des challenges liés à la lecture, ainsi que d'autres vidéos. 
Est-il maintenant plus difficile pour toi de concilier Booktube et travail avec l'écriture en plus ? 
Ecrire c'est chronophage. Donc depuis que j'écris, je lis moins, même si je lis certainement bien plus qu'un français lambda. En revanche si en 2017 le rythme de mes différents projets m'a demandé de revoir mon organisation pour YouTube et m'a rendu moins présente, cela n'a demandé qu'une adaptation au final. Ce n'est pas plus difficile en question "pratique", car en chaque auteur existe un lecteur, et être l'un ou l'autre n'est pas incompatible, c'est juste deux casquettes. Le plus dur c'est juste d'agencer son temps, et je crois que je l'ai trouvé enfin, et c'est pourquoi mon retour sur YouTube est imminent, j'ai pas mal travaillé sur mon retour pour avoir du contenu dans un rythme régulier.


C'est une bonne nouvelle ! Bien que je me doute qu'il doit falloir en effet une certaine organisation afin de jongler avec tout ça.
Toujours lié à la lecture, quel est ton plus gros coup de cœur livresque (ou en tout cas, l'un de tes plus gros coups de cœur livresques) ?
Forbidden de Tabitha Suzuma


• J'en ai effectivement beaucoup entendu parler, et j'avais d'ailleurs regardé ta vidéo dans laquelle tu en parles, où on voit à quel point ce livre t'avait retournée. Il faut absolument que je le lise à un moment ou un autre aussi 🙂
Pour terminer, si tu devais choisir une autre activité créative à la place de l'écriture (dessin, photographie, couture, scrapbooking, ...), lequel choisirais-tu ?
Je fais beaucoup de photographie et bien que ma mère et ma sœur soit des vraies artistes niveau dessin, je n’ai jamais hérité de ce talent. Mais à choisir je prendrais la musique. Je jouerais à nouveau de la guitare et de la batterie et j’apprendrais le piano. 😊


• Je trouve ça vraiment chouette de savoir faire d'un ou plusieurs instruments, bien que j'en sois moi-même incapable 🙂
En tout cas, merci beaucoup d'avoir répondu à ces questions, ce fut un grand plaisir pour moi de faire cette interview avec toi. Pour conclure cette dernière, que voudrais-tu dire pour la fin ?
Un mot pour la fin ?
Je dirais que vous êtes votre seule limite, alors si vous voulez écrire, lancez-vous, personnellement ce fut la meilleure décision de ma vie.

Et évidemment merci pour cette interview super cool ♥️


J'aime beaucoup ce mot de fin ! 
Encore merci à toi, cela a été vraiment cool de faire cette interview, et j'espère avoir l'occasion de discuter à nouveau avec toi sur Internet ou même de te rencontrer en salon 😀 


Vous pouvez retrouver Nine sur les différentes plateformes suivantes : 
Twitter
YouTube
Wattpad

Ses romans : 

dimanche 11 février 2018

[Chronique] Légende, Livre 1 : L'avènement de l'Enchanteresse - Emilie Million #PLIB2018

Auteur : Emilie Million
Pages : 230
Titre original : Légende, Livre 1 : L'avènement de l'Enchanteresse
Prix : 16,50€(papier), 4,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Légende, Livre 1 : L'avènement de l'Enchanteresse

Résumé : Morgane Pandragon n’était qu’une enfant lorsqu’elle fut accusée d’avoir assassiné son père, le roi Uther. Condamnée à l’isolement dans son château d’Avalon, elle tente par tous les moyens de maîtriser la puissante magie qui l’habite sans l’aide de Merlin, son mentor. Ignorant les terribles prophéties qui courent à son sujet, elle accepte de venir secrètement en aide au chevalier Lancelot du Lac et de le suivre à travers tout le pays pour mener à bien sa quête.

Entre magie, attirance et dangers de cour, le voyage de la princesse déchue ne fait que commencer.

La magie a toujours un prix...



"Une Sorcière pouvait aller jusqu'à perdre son âme lorsqu'elle se laissait embrasser par la noirceur, et n'y avait pas matière à plaisanter."





   Lorsque j'ai vu son résumé dans la liste des pré-sélectionnés pour le Prix littéraire de l'Imaginaire 2018, je me suis dit que je voulais vraiment le lire. En effet, depuis quelques années, je m'intéresse à la légende arthurienne, dont je connais l'une des versions. 
   Mais ici, on retrouve une réécriture bien différente, puisqu'on aura une inversion entre les personnages de Morgane et Guenièvre. En effet, cette dernière est plutôt du genre malfaisante, tandis que Morgane est une jeune femme bienveillante. 

   On commence alors avec la mort du roi Uther Pendragon qui signera le début du règne d'Arthur, mais aussi le commencement de la déchéance de Morgane. Cette dernière sera accusée du meurtre de son père, et suite à cela, enfermée dans la cellule du château d'Avalon.
   C'est après sept années d'emprisonnement que l'on suit le récit, lorsque Lancelot vient la libérer afin de mener une quête, dont on sera informé du but par la suite.

   Dans ce roman, on s'attend à voir une Morgane qui sera la Sorcière que nous connaissons dans la légende originelle, mais en réalité, on découvre et apprend à connaître une jeune femme bienveillante et droite, qui ne cherche en aucun cas à nuire. Toutes les histoires à son sujet parlent d'une sorcière assoiffée de haine, qui ensorcelle et répand le sang sur son passage, récits qui n'ont jamais trouvé réalité. Morgane souhaite à tout prix éviter de faire le mal, et accepte pour cela d'user le moins possible de sa magie, et même à renoncer à sa liberté nouvelle.

   Au fil des pages, on découvre alors la véritable personnalité de ce personnage, ainsi que l'évolution de la relation entre elle et Lancelot, mais aussi ce qui arrivera à l'Enchanteresse. Arrivera-t-elle à déjouer la prophétie l'accablant de la destruction de la ville de Camelot ? C'est une question que l'on se pose aussi, et on espère qu'elle réussira à la déjouer. On avance aussi dans son envie de se racheter aux yeux de son ancien peuple, tout en gardant le secret sur les véritables circonstances de la mort de son père.
   On la suit dans son périple aux côtés de Lancelot, une aventure qui sera ponctuée d'obstacles et de combats, de trahisons mais aussi d'alliances, entre Camelot et le forêt de Brocéliande, afin de mener à bien la quête du chevalier, avant que la prophétie ne s'enclenche.

   On s'attache énormément à Morgane, tout du long de son aventure. On souhaite qu'elle arrive à prouver à tous qu'elle est innocente et non pas malfaisante, qu'elle ne veut faire de mal à personne. Elle s'en veut pour des choses qu'elle n'a pas commises et va reprendre doucement goût à la liberté et la vie aux côtés de Lancelot ou encore Arthur. On compatit à chaque instant pour elle, sachant sa gentillesse et son intégrité, on veut que justice soit rétablie à son bénéfice. 
   En revanche, Lancelot est à l'inverse, durant les premiers chapitres, un personnage plutôt détestable de part son attitude. Mais on verra cette approche changer du tout au tout durant l'histoire, pour nous dévoiler un homme valeureux et qui souhaite protéger ceux qu'ils aiment.
   On retrouvera aussi les personnages d'Arthur, un roi lasse de sa position, mais aussi Guenièvre, méprisable dans bien des aspects, bien qu'on puisse néanmoins à la fin compatir pour elle, ainsi que Merlin, Enchanteur incompréhensible pour le plus grand nombre, et certains des chevaliers de la Table Ronde. C'est donc une bonne partie des protagonistes mythiques que nous avons dans ce livre.

   La fin semble nous mener à un chaos que nous pensons infranchissable et meurtrier, la guerre fusant de tout part, sanglante et mortelle. La magie prend part à ce final, de manière importante et insoupçonnée. Et tout durant cet affrontement, on espère à tout prix que Morgane ne cédera pas à la pulsion de sa magie, qu'elle ne cédera pas à la noirceur, espoir que nous portons depuis le début. 
   Les dernières lignes nous donnent envie de découvrir rapidement la suite, afin de connaître le futur de nos personnages, qui reste en suspens à la fin de ce roman. On ne sait pas du tout ce qu'il va advenir d'eux, tandis que la mort rôde autour d'eux. Cette méconnaissance de leur avenir nous pousse à vouloir lire le second tome, espérant pour eux, voulant savoir comment l'histoire se déroulera du fait des dernières pages lues, qui nous semblent plutôt sombres.


   Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce roman, notamment du fait de changer les personnalités des deux femmes de la légende arthurienne. On apprend à découvrir l'Enchanteresse Morgane sous un jour nouveau, et on s'attachera alors à ce personnage, pour qui on souhaite la justice. Cela nous mène dans des combats de chevaliers, dans de la magie et bien d'autres, et la fin nous donne l'envie de lire la suite dès que possible, afin de découvrir l'avenir s'annonçant sombre et fragile des personnages.


Ce roman (#ISBN:9782365384803) fait d'ailleurs partie de la pré-sélection pour le Prix littéraire de l'imaginaire 2018 organisé par Booktubers App, que vous pouvez retrouver grâce à #PLIB2018.


lundi 5 février 2018

[Chronique] L'Entre-Monde, tome 1 : Tourmentée - Maxim Poulin #PLIB2018

Auteur : Maxim Poulin
Pages : 389
Titre original : L'Entre-Monde, tome 1 : Tourmentée
Prix :  $22,99 (papier)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• L'Entre-Monde, tome 1 : Tourmentée
• L'Entre-Monde, tome 2

Résumé : Taylor Wilson est hantée. Depuis son enfance, elle aperçoit le spectre d’une jeune fille, mais elle est convaincue que ce n’est qu’une hallucination. Elle n’en parle à personne à l’orphelinat, déjà qu’elle s’est toujours sentie différente des autres filles.

Le jour où elle apprend qu’elle quitte cet endroit lugubre, un phénomène troublant se produit : le fantôme d’Emilie laisse l’empreinte de sa main sur son avant-bras, telle une brûlure. À partir de ce moment, l’esprit ne la quitte plus. La découverte d’un monde sinistre et surnaturel bouleversera sa vie alors que les mystères entourant ses origines lui seront révélés.

Les pires cauchemars peuvent devenir réalité.




"Sauf qu'elle ne marchait pas réellement, elle flottait à quelques centimètres du plancher."





   Nous découvrons dans ce roman le personnage de Taylor, jeune adolescente différente des autres qui voit la nuit le spectre d'une jeune fille nommée Emilie. Taylor vit depuis des années dans un orphelinat, mais un jour, elle va pouvoir vivre à Brooklyn avec de la famille retrouvée, sa tante et son cousin. 
   Dès lors, une nouvelle vie commence pour elle, puisqu'elle ne connaissait rien de la vie en dehors de l'orphelinat, et donc encore moins l'école avec les clans, les moqueries, ..., que l'on peut malheureusement rencontrer.
   Mais tout ne se passe pas comme prévu, puisque des phénomènes surnaturels se profileront dans son horizon et celui de ses nouveaux amis. Un apprentissage et de sombres aventures s'amènent alors à eux.

   L'histoire est prenante, avec le spectre, les pouvoirs, les visions, ..., c'est-à-dire avec tout le côté fantastique du livre. On a envie d'en savoir plus sur les personnages, sur leurs capacités, mais aussi sur ce qui va leur arriver. De nombreuses informations dont des réponses sont distillées au fur et à mesure que l'on avance dans l'intrigue, et nous incite à continuer à tourner les pages.
   Il est vrai que certains moments de leur aventure étaient plutôt prévisibles, mais cela reste dans les codes de ce genre d'aventure, dans les péripéties fantastiques et que l'on pourrait aussi appelées paranormales.

   Les personnages sont vraiment attachants, particulièrement les quatre protagonistes. Que ce soit Taylor, par ses faiblesses liées à son intégration aux autres, parfois difficile, comblées par sa détermination, Kyle, par son caractère adorable, qui essaye à tout prix de se maîtriser, ou encore Erin, qui semble la plus innocente de tous, ou pour terminer, Austin, plus mystérieux, on apprécie de se retrouver à leurs côtés. Il est vrai qu'il y avait une certaine répétition dans le comportement de Taylor, des réactions que l'on retrouvait parfois un peu trop régulièrement, mais sinon, elle est fidèle à elle-même et cela correspond à son statut de personne devant se faire sa place dans une société qu'elle connaît mal et à laquelle elle ne correspond pas forcément.

   On se pose beaucoup de questions au fil des pages, tandis que l'on découvre en même temps que les personnages ce dont ils sont capables, mais aussi les phénomènes surnaturels auxquels ils doivent faire face. On obtient certaines réponses, tandis que d'autres restent en suspens et seront certainement résolues dans un prochain tome, notamment celles à propos d'Emilie.

   La fin nous laisse comprendre qu'il y aura effectivement une suite, dans laquelle les personnages devront se battre contre des forces maléfiques, mais aussi apprendre à contrôler comme ils le peuvent leurs pouvoirs et leurs aptitudes. Et on envie de lire cette suite, afin de savoir les obstacles que devront affronter les protagonistes, comment ils évolueront, et on se doute qu'ils devront compter les uns sur les autres afin d'y parvenir.

   Le roman étant québécois, il faudra vous attendre à des mots ou des expressions que nous n'utilisons pas dans le même sens en France si vous y vivez et que vous n'êtes jamais allé au Québec. En effet, vous pourrez voir un personnage porter une camisole, qui se trouve être ce qu'en France nous appelons un débardeur ou un tee-shirt, mais aussi une rôtie, que l'on nomme une tartine, ou encore les cartables, qui correspondent à nos classeurs. Rien qui ne puisse empêcher la compréhension, juste se poser des questions sur ce à quoi cela se rapporte, et une simple recherche permet de répondre à notre incompréhension première. Ce fut pour moi assez amusant de découvrir ces mots québécois, ou en tout cas leur signification, qui diffère par rapport à leur sens en France.


   Pour conclure, j'ai passé un bon moment en compagnie de cette lecture, grâce à ce côté paranormal et surnaturel qui me plaît beaucoup. Les personnages sont attachants, et on a envie d'en apprendre plus sur eux et sur ce qui va leur arriver, et donc de découvrir la suite. Bien que j'ai trouvé que certaines actions étaient assez prévisibles et que le comportement de Taylor comporte certaines répétitions dans ses réactions, je trouve que ce fut une bonne lecture, et qui me donne l'envie de lire la suite quand elle sortira, pour retrouver les personnages et leurs aventures.


Ce roman (#ISBN:9782924775035) fait d'ailleurs partie de la pré-sélection pour le Prix littéraire de l'imaginaire 2018 organisé par Booktubers App, que vous pouvez retrouver grâce à #PLIB2018.