dimanche 11 février 2018

[Chronique] Légende, Livre 1 : L'avènement de l'Enchanteresse - Emilie Million #PLIB2018

Auteur : Emilie Million
Pages : 230
Titre original : Légende, Livre 1 : L'avènement de l'Enchanteresse
Prix : 16,50€(papier), 4,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Légende, Livre 1 : L'avènement de l'Enchanteresse

Résumé : Morgane Pandragon n’était qu’une enfant lorsqu’elle fut accusée d’avoir assassiné son père, le roi Uther. Condamnée à l’isolement dans son château d’Avalon, elle tente par tous les moyens de maîtriser la puissante magie qui l’habite sans l’aide de Merlin, son mentor. Ignorant les terribles prophéties qui courent à son sujet, elle accepte de venir secrètement en aide au chevalier Lancelot du Lac et de le suivre à travers tout le pays pour mener à bien sa quête.

Entre magie, attirance et dangers de cour, le voyage de la princesse déchue ne fait que commencer.

La magie a toujours un prix...



"Une Sorcière pouvait aller jusqu'à perdre son âme lorsqu'elle se laissait embrasser par la noirceur, et n'y avait pas matière à plaisanter."





   Lorsque j'ai vu son résumé dans la liste des pré-sélectionnés pour le Prix littéraire de l'Imaginaire 2018, je me suis dit que je voulais vraiment le lire. En effet, depuis quelques années, je m'intéresse à la légende arthurienne, dont je connais l'une des versions. 
   Mais ici, on retrouve une réécriture bien différente, puisqu'on aura une inversion entre les personnages de Morgane et Guenièvre. En effet, cette dernière est plutôt du genre malfaisante, tandis que Morgane est une jeune femme bienveillante. 

   On commence alors avec la mort du roi Uther Pendragon qui signera le début du règne d'Arthur, mais aussi le commencement de la déchéance de Morgane. Cette dernière sera accusée du meurtre de son père, et suite à cela, enfermée dans la cellule du château d'Avalon.
   C'est après sept années d'emprisonnement que l'on suit le récit, lorsque Lancelot vient la libérer afin de mener une quête, dont on sera informé du but par la suite.

   Dans ce roman, on s'attend à voir une Morgane qui sera la Sorcière que nous connaissons dans la légende originelle, mais en réalité, on découvre et apprend à connaître une jeune femme bienveillante et droite, qui ne cherche en aucun cas à nuire. Toutes les histoires à son sujet parlent d'une sorcière assoiffée de haine, qui ensorcelle et répand le sang sur son passage, récits qui n'ont jamais trouvé réalité. Morgane souhaite à tout prix éviter de faire le mal, et accepte pour cela d'user le moins possible de sa magie, et même à renoncer à sa liberté nouvelle.

   Au fil des pages, on découvre alors la véritable personnalité de ce personnage, ainsi que l'évolution de la relation entre elle et Lancelot, mais aussi ce qui arrivera à l'Enchanteresse. Arrivera-t-elle à déjouer la prophétie l'accablant de la destruction de la ville de Camelot ? C'est une question que l'on se pose aussi, et on espère qu'elle réussira à la déjouer. On avance aussi dans son envie de se racheter aux yeux de son ancien peuple, tout en gardant le secret sur les véritables circonstances de la mort de son père.
   On la suit dans son périple aux côtés de Lancelot, une aventure qui sera ponctuée d'obstacles et de combats, de trahisons mais aussi d'alliances, entre Camelot et le forêt de Brocéliande, afin de mener à bien la quête du chevalier, avant que la prophétie ne s'enclenche.

   On s'attache énormément à Morgane, tout du long de son aventure. On souhaite qu'elle arrive à prouver à tous qu'elle est innocente et non pas malfaisante, qu'elle ne veut faire de mal à personne. Elle s'en veut pour des choses qu'elle n'a pas commises et va reprendre doucement goût à la liberté et la vie aux côtés de Lancelot ou encore Arthur. On compatit à chaque instant pour elle, sachant sa gentillesse et son intégrité, on veut que justice soit rétablie à son bénéfice. 
   En revanche, Lancelot est à l'inverse, durant les premiers chapitres, un personnage plutôt détestable de part son attitude. Mais on verra cette approche changer du tout au tout durant l'histoire, pour nous dévoiler un homme valeureux et qui souhaite protéger ceux qu'ils aiment.
   On retrouvera aussi les personnages d'Arthur, un roi lasse de sa position, mais aussi Guenièvre, méprisable dans bien des aspects, bien qu'on puisse néanmoins à la fin compatir pour elle, ainsi que Merlin, Enchanteur incompréhensible pour le plus grand nombre, et certains des chevaliers de la Table Ronde. C'est donc une bonne partie des protagonistes mythiques que nous avons dans ce livre.

   La fin semble nous mener à un chaos que nous pensons infranchissable et meurtrier, la guerre fusant de tout part, sanglante et mortelle. La magie prend part à ce final, de manière importante et insoupçonnée. Et tout durant cet affrontement, on espère à tout prix que Morgane ne cédera pas à la pulsion de sa magie, qu'elle ne cédera pas à la noirceur, espoir que nous portons depuis le début. 
   Les dernières lignes nous donnent envie de découvrir rapidement la suite, afin de connaître le futur de nos personnages, qui reste en suspens à la fin de ce roman. On ne sait pas du tout ce qu'il va advenir d'eux, tandis que la mort rôde autour d'eux. Cette méconnaissance de leur avenir nous pousse à vouloir lire le second tome, espérant pour eux, voulant savoir comment l'histoire se déroulera du fait des dernières pages lues, qui nous semblent plutôt sombres.


   Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce roman, notamment du fait de changer les personnalités des deux femmes de la légende arthurienne. On apprend à découvrir l'Enchanteresse Morgane sous un jour nouveau, et on s'attachera alors à ce personnage, pour qui on souhaite la justice. Cela nous mène dans des combats de chevaliers, dans de la magie et bien d'autres, et la fin nous donne l'envie de lire la suite dès que possible, afin de découvrir l'avenir s'annonçant sombre et fragile des personnages.


Ce roman (#ISBN:9782365384803) fait d'ailleurs partie de la pré-sélection pour le Prix littéraire de l'imaginaire 2018 organisé par Booktubers App, que vous pouvez retrouver grâce à #PLIB2018.