jeudi 3 août 2017

[Chronique] ALIENOR, l'origine de toutes les haines - Aurélien Grall

Auteur : Aurélien Grall
Pages : 295
Titre original :  ALIENOR, l'origine de toutes les haines
Prix : 12,00€(papier),4,99€(numérique)


Résumé : Alexia est encore petite fille lorsque des inconnus l'arrachent à sa famille pour la conduire dans une école privée, l'Académie Aliénor d'Aquitaine. Le pensionnat d'élite est censé lui promettre le plus brillant des avenirs, bien loin de la misère qui l'a vue naître. Mais les choses ne se passent pas comme prévu et la petite prend progressivement conscience, en compagnie de ses deux amies, Jade et Clarisse, qu'elles sont promises à de beaucoup plus sombres desseins...

Roman bouleversant, ALIENOR est si puissant qu'il ne vous laissera pas indemne : ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains. Si vous avez le cœur bien accroché, osez percer le mystère se cachant derrière les grilles de l'Académie...




"Un profond sentiment de déjà-vu immergeait son âme, dans une torpeur teintée d'une nostalgie trop improbable pour une petite n'ayant guère eu le temps de connaître l'idée même de souvenir..."





   On commence les premières lignes par le vote du projet mis en place dans la suite du roman, afin d'en savoir les enjeux et les objectifs, puis quelques pages plus loin, par le transport des trois fillettes que l'on va principalement suivre vers l'académie Aliénor d'Aquitaine.

   Dès le début, on sait que ce ne sera pas tendre pour les différentes fillettes, qu'elles ne mèneront pas une vie toute rose au sein de l'institut. Et lorsqu'on avance dans le récit, on se rend compte en effet des horreurs qu'elles vont devoir subir sans répit et sans désobéissance si elles ne veulent pas être punies.
   La première moitié du roman porte sur l'éducation et la formation des jeunes filles dans l'académie, durant lesquelles elles vont subirent différentes épreuves, et vont d'ailleurs se poser des questions sur leur sort. On découvre une situation très dure et éprouvante pour de si jeunes enfants, une situation d'ailleurs souvent cruelle. On suit l'évolution du groupe, et plus particulièrement de celui de Jade, Clarisse et Alexia, au sein du pensionnat, durant plusieurs années. On assiste impuissant à cette évolution radicale, physique mais aussi mentale, des élèves de l'établissement.
   Dans la deuxième moitié, les jeunes filles sont devenues des jeunes femmes, et ont achevé leur formation. On va alors découvrir de quoi exactement retournent les missions à laquelle elles participent afin de remplir le but du projet découvert au début du roman. Et c'est loin d'être innocent, comme on pouvait déjà le supposer dans la partie consacrée à la formation. On en sait alors plus sur l'utilité de cette dernière, ainsi que sur ce qu'elles doivent accomplir. On se pose alors de plus en plus de questions sur ce projet, sur sa réelle vocation, ainsi que sur sa moralité. On a ainsi l'occasion de suivre plusieurs missions aux côtés de Jade, Clarisse ou encore Alexia, et à mon avis, il n'en aurait pas fallu en décrire plus sans tomber dans l'excès ou la répétition.
   La fin n'est pas sans révélations, on répond enfin à la plupart de nos questions que l'on a pu développées tout au long du récit, et termine de manière presque symbolique l'intrigue débutée dans les premières lignes. L'action est extrêmement présente, sans qu'il n'y en ait trop, et nous fait dévorer les dernières pages afin de savoir le fin mot de l'histoire de l'académie. Néanmoins, quelques points manquent d'éclaircissements à mon goût, notamment sur les facultés d'Alexia, mais le reste reste bien abouti sur bien des points.

   L'histoire est dans son ensemble entraînante et très intéressante à découvrir, et on se dit que cela pourra potentiellement exister d'une quelconque manière un jour dans le futur, les faits s'ancrant parfaitement dans une réalité possible d'une avancée scientifique à propos de la génétique. On distingue bien deux phases dans le roman, comme souligné auparavant, toutes deux relatant les faits sur une période de plusieurs années.

   Au niveau des personnages, on connaît peu d'aspects de leur personnalité, du fait de l'histoire. Cela peut sembler énigmatique, mais l'on comprend mieux lorsqu'on connaît ce que cache l'académie dans laquelle évolue la très grand majorité des personnages. On suit plus particulièrement Jade, Clarisse et Alexia, mais nous permettent de suivre les épreuves auxquelles le groupe de fillettes est confronté. On se prend à détester ou aimer les différents personnages, mais surtout, on a de la compassion pour un grand nombre d'entre eux, du fait de ce qu'ils subissent.

   Pour ce qui est de l'écriture, elle a été agréable et recherchée tout du long du roman, avec des descriptions complètes permettant de bien s'imprégner de l'univers des jeunes filles. Le récit est aussi très bien renseigné, car on a des notes de bas de page pour chaque "objet" (je ne dirais pas de quel type afin que vous puissiez le découvrir par vous-même), toujours simples à comprendre pour des non-initiés, mais qui proviennent d'une documentation sérieuse de l'auteur.

   Enfin, le récit non censuré des scènes parfois sanglantes est loin de m'avoir déplu. Néanmoins, cela peut rebuter certaines personnes qui n'apprécieraient pas ce genre de description. Un point m'a cependant fait tiquer lors de certains affrontements : cela paraissait parfois un peu trop en faveur des personnages par rapport au nombre d'opposants.


   En conclusion, ce fut une très bonne découverte, avec une histoire travaillée et entraînante. Aux côtés des personnages, nous voulons nous aussi découvrir les secrets derrière l'académie Aliénor d'Aquitaine, qui nous seront dévoilés lors des dernières pages. L'écriture nous emmène au cœur d'une machination très bien dépeinte, entre cruauté, politique, domination et immoralité, qui semble s'ancrer dans notre réalité. Une oeuvre qui plaira aux adeptes de l'espionnage et de la manipulation, mais à déconseiller à ceux qui n'aiment pas la violence, le sang et la haine dans leurs lectures.