mardi 15 août 2017

[Chronique] Les Oubliés, tome 1 : Derniers jours - Léna Jomahé

Auteur : Léna Jomahé
Pages : 322
Titre original : Les Oubliés, tome 1 : Derniers jours
Prix : 19,99€(papier),7,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Les Oubliés, tome 1 : Derniers jours
• Les Oubliés, tome 2 : Jour Un

Résumé : An 250 après la IVème guerre mondiale. Seules quelques grandes villes parviennent à subsister et leurs populations à survivre grâce aux coupoles qui les protègent du monde extérieur. Chaque année, le Nouvel Ordre Mondial détermine l'avenir des jeunes de seize ans. Et chaque année, certains d'entre eux disparaissent. On les appelle les Oubliés.






"Je tourne sur moi-même en riant. J'ai envie de crier, je me sens vivante et aimerais le faire savoir à la terre entière."






Tout d'abord, merci aux Editions Plume Blanche de m'avoir permis de découvrir ce roman grâce à l'opération "Club Summertime Plume Blanche" !

   On découvre dans ce roman un nouveau monde, issu après la IVème guerre mondiale. Dans ce monde, quelques grandes villes ont été érigées à la place d'anciennes, protégées de la pollution par une coupole, et dont les habitants n'ont jamais vu ce qu'il y avait au-delà de ces fameuses protections.    Dans cet univers, chaque année, les jeunes de seize participent à ce que le gouvernement appelle la Rafle, et qui va leur indiquer dans quelle ville et dans quel métier ils vont travailler et vivre jusqu'à la fin de leur vie, en fonction de leurs capacités, et sans leur avis. 

   On entre dans ce monde aux côtés d'Eléa, tout d'abord à l'âge de quatorze ans lors du prologue, puis à l'âge de seize ans par la suite. Dès lors, on va découvrir les mécanismes de leur société, notamment le déroulement de la Rafle.
   Plus d'une fois, on sent qu'Eléa voudrait revenir à l'Ancien Monde, dans lequel les gens pouvaient choisir leur avenir, en choisissant ce qu'ils voulaient faire et où ils voulaient le faire. On la suit dans ces questionnements, puis dans sa remise en question du gouvernement qu'elle a toujours connu, toujours accompagnée de ces fidèles compagnons, tels que Simon, son meilleur ami, Gabriel, le fils du Grand Gouverneur, Izzy, sa camarade de chambre, ou encore sa sœur Anaïs.
   Eléa est un personnage fort, qui malgré ses doutes, veut sauver ceux qu'elle aime et les protéger. La liberté est quelque chose de plutôt important chez elle, d'autant plus quand elle découvre ce qu'on leur cache depuis des décennies. C'est un personnage qui a entièrement sa place dans le genre de la dystopie, et qui je pense, va mûrir et encore plus nous surprendre dans le second tome de ses aventures.
   On suivra aussi durant quelques passages le personnage de Clara, entraperçu au début du roman, un personnage qui semble tenace et déterminé, notamment dans les scènes que l'on suit à ses côtés, et qui prendra sûrement toute son importance dans le second tome.
   On prend plaisir à suivre ces différents personnages, dans leurs aventures et dans leur quête. Chacun y contribue grâce à ses qualités propres, tous étant différents dans leur personnalité. On découvre alors certains qui sont impulsifs, tandis que d'autres sont plus réfléchis, certains semblant sûrs d'eux alors que d'autres le sont un peu moins. Différents aspects qui, bien qu'ils soient différents, constituent un groupe fort et attachant.

   Pour ce qui est de l'histoire elle-même, j'ai beaucoup aimé découvrir ce monde, j'aime particulièrement cette idée de populations regroupées dans des villes fermées, et le fait d'ajouter ce qui est appelé la Rafle a encore plus constitué un monde comme je les aime dans la dystopie. Les différents éléments qu'on retrouve dans ce genre littéraire sont pour moi bien présents, et nous présentent bel et bien une société dans laquelle nous n'aurions pas vraiment envie de vivre.
   De plus, l'idée des Oubliés est vraiment originale, et apporte un véritable intérêt dans l'histoire, puisque c'est en grande partie cela qui sera au centre de l'intrigue du roman, et qui justement, construit la dystopie dans le monde que l'on découvre. On en apprend plus sur eux et leur condition au fil des pages, et tout comme Eléa et ses compagnons, on ne peut que refuser un tel phénomène. 

   On alterne alors entre des scènes d'action, de révélations, et des scènes plus calmes, qui nous laissent le temps de souffler, et d'emmagasiner les informations que l'on apprend le long du livre, qui nous laissent rarement sans émotions, que ce soit l'horreur, la tristesse ou l'indignation.
   La fin nous laisse ensuite peu de répit et nous tient en haleine tout du long, car on ne sait pas réellement à quoi s'attendre et ce qu'il va se passer. On cherche juste à tourner les pages au plus vite afin de connaître le fin mot de l'histoire, et une fois terminée, certaines questions restent en suspens, afin de nous faire voyager vers le second tome, qui risque alors de se révéler plein de surprises en tout genre. L'épilogue nous laisse d'ailleurs un avant-goût de la violence et la cruauté que l'on risque de rencontrer par la suite, et qui laisse présager des péripéties et épreuves qui ne laisseront pas de marbre.


   En conclusion, on découvre une dystopie entraînante, menée avec brio par la plume de Léna Jomahé. On est transporté dans une société vivant dans le mensonge à travers Eléa auprès des différents personnages que l'on veut voir triompher face au gouvernement, et qui se dévoile au fil des pages. Les révélations et la fin nous donnent qu'une envie : découvrir la suite afin de savoir ce qu'il adviendra des personnages, une suite qui s'avérera certainement plus sombre et plus intense encore.