dimanche 7 mai 2017

[Chronique] La fille d'avant - J.P. Delaney

Auteur : J.P. Delaney
Pages : 432
Titre original : The Girl Before
Prix : 21,90€ (papier), 15,99€ (numérique)

Résumé : Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu'elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d'oeuvre de l'architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu'Emma, la locataire qui l'a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique.
Alors qu'elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s'engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes... et vit dans la même terreur que la fille d'avant.




"Les menteurs n'ont pas le droit de pleurer."



   On commence le roman avec une simple phrase qui nous embrouille l'esprit : "1. Dresser la liste de tous les objets qui vous semblent indispensables.". Que répondrions-nous à la place du personnage ? On se pose nous-même la question, juste avant d'entrer dans l'histoire après ces premiers mots qui donne le ton.
   On comprend que l'on va suivre le livre avec deux points de vue, celui d'Emma, dans le passé, et celui de Jane, dans le présent. Deux personnages qui semblent différents et pourtant, vont vivre des choses plutôt similaires.

   L'histoire que l'on découvre semble sortir de l'ordinaire, avec cette maison, le One Folgate Street qui semble assez oppressant avec toutes les règles qui le dirige, et plus l'on avance, plus l'on a l'impression d'entrer dans un monde malsain et dérangeant. On découvre aux côtés de Jane son passé et sa vie quotidienne dans cette singulière maison, mais aussi ceux d'Emma, retrouvée morte dans cette maison. Certains éléments sont dévoilés sous le point de vue de Jane, mais d'autres, que cette dernière ne connait pas, sous celui d'Emma, tout ceci avec le fil conducteur de l'enquête menée par Jane. Néanmoins, un point à nuancer ici : la rencontre avec les personnages pour l'enquête de Jane semble parfois trop facile pour être probable. Un point minime, mais à noter tout de même.
   Au fil de l'intrigue, particulièrement après quelques centaines de pages, on se sait plus à qui se fier, quel personnage croire, où s'arrête la vérité et où commence le mensonge. Nous nous rendons compte que nous pensions connaître les personnages que nous suivions au fil du temps, mais qu'il n'en ait rien et que nous n'en savons pas plus que d'autres personnages, nous restons spectateurs de ce qui se joue devant nos yeux.

   Les personnages sont travaillés, chacun a sa propre personnalité, avec des qualités mais aussi des défauts, parfois dérangeants, mais caractéristiques du personnage. On nous dévoile l'humanité telle qu'elle est, avec les mensonges, les vices plus ou moins enfouis de chaque homme, qui côtoient d'autres sentiments plus nobles. De ce fait, il est vrai que je n'ai pu m'attacher à tous les personnages, avec certains que j'appréciais, mais aussi d'autres dont je me méfiais. On sent les changements psychologiques des personnages, certains bénéfiques, d'autres un peu moins, sans que l'on puisse rien y faire.

   Tout ceci est alors amplifié par la construction du récit, dont les chapitres sont découpés par les questions composant le questionnaire à remplir lorsque l'on veut être locataire de cette maison atypique. Des questions que nous nous posons nous-même, comme si nous étiez devant ce questionnaire. Certaines sont particulièrement étranges ou demandent de longues réflexions, et surtout on se demande : qu'est-ce que le propriétaire de la maison aurait voulu qu'on réponde ? Des questions qui ajoutent à la singularité et l'étrangeté du récit.

   La fin du roman permet de répondre à la plupart des interrogations soulevées par le récit et déjoue ce que nous pensions savoir des protagonistes de l'histoire. Et quand nous pensons que le livre est terminé, d'autres révélations, moindres cette fois-ci interviennent dans les dernières pages.


   En conclusion, j'ai beaucoup aimé ce roman, qui a imaginé un lieu bien précis et original où une très grande partie de l'intrigue se déroule. L'auteur a su mettre en place un contexte particulier, parfois pesant et dérangeant, presque malsain, créé par les personnages et leurs personnalités, ainsi que par la maison elle-même. De plus, on ne nous livre pas des personnages simples mais travaillés, qui bousculent nos idées que nous nous faisons sur eux au fil des pages. J'ai vraiment apprécié le fait d'être moi-même trompée par certains personnages, et de ressentir d'une certaine manière l'atmosphère dans laquelle on est plongé. La construction particulière avec ces questions m'a plusieurs fois interpellée, je ne savais ce que j'étais censée répondre à ces dernières, si je devais répondre ce que je pensais, ou essayer de répondre comme le propriétaire l'aurait voulu. Ce roman mérite amplement d'être dans la catégorie des thrillers psychologiques, puisqu'il m'a plus d'une fois retourné l'esprit et je le recommande absolument à ceux qui veulent voir leurs convictions sur l'intrigue et les personnages être balayées en quelques phrases !