jeudi 14 décembre 2017

[Chronique] Mind Games -Teri Terry #PLIB2018

Auteur : Teri Terry
Pages : 432
Titre original : Mind Games
Prix : 17,50€(papier), 12,99€(numérique)

Résumé : Dans une société où les gens passent leur temps connectés aux mondes virtuels générés par la puissante CoPra, la réalité a perdu tout attrait. Luna, elle, ne supporte pas la vie en ligne, qui la rend malade. Pourtant, quand on lui propose une expérience d'immersion virtuelle qui pourrait lui ouvrir les portes des plus grandes universités, elle décide de tenter sa chance. Lorsqu'elle réalise que ce test pourrait être en vérité une gigantesque manipulation, elle a encore le choix.
Mais Luna s'est découvert une mission celle de mettre fin à la dictature du virtuel. Au risque de se perdre dans les méandres du cybermonde. Au risque de perdre tout sens de la réalité.





"Trois représente les triangles : l'esprit, le corps, l'âme. Le passé, le présent, l'avenir."





   On commence le livre par une première scène directement aux côtés de Luna qui manigance un mauvais coup. Dès lors, on comprend qu'elle est refusante, c'est-à-dire qu'elle ne veut pas se connecter au virtuel comme la majorité des autres personnes. Mais en réalité, c'est une raison un peu plus complexe qui la pousse à ne pas s'aventurer dans le virtuel.

   L'histoire est plutôt prenante, on a envie de savoir ce qu'il va arriver, quels sont les enjeux, d'autant plus quand on voit la problématique de la limite entre le réel et le virtuel se dessiner. En effet, serait-il réellement dangereux d'oublier un maximum le réel au profit du virtuel ? Pour la plupart, cela ne l'est pas, c'est même une possibilité inouïe qui leur ait offerte, et dont il faut profiter.

   L'intrigue pose donc de nombreuses problématiques qui nous font réfléchir, car nous sommes de plus en plus ancrée dans une société numérique et connectée, et on peut se dire, que peut-être un jour, nous serions capables des mêmes choses, et à partir de là, comment deviendrons-nous ? Conduirons-nous comme dans le livre ? De vraies questions sont soulevées, particulièrement par rapport au rôle de la Copra dans le roman.

   Pour en revenir à l'histoire elle-même, elle est plutôt prenante, et cela se déroule plutôt vite. En plus de la découpe en chapitres, le livre est aussi divisée en partie, et cela nous fait à chaque fois comprendre qu'on a passé une étape dans le cheminement de l'intrigue. Effectivement, à chaque nouvelle partie, on peut voir que Luna change de vision globale des choses et donc dans ses actions.
Le côté réalité virtuelle est extrêmement intéressant, de part les problématiques soulevées comme dit auparavant, mais aussi car cela change des habitudes que l'on a dans les romans de ce genre littéraire.    D'autres romans traitent de ce sujet, mais il y a encore peu je trouve, et c'est le premier que je lis appartenant à cette catégorie. Le fait d'avoir créer tous ces mondes virtuels, de parler d'hackeurs, de code, ..., tout en créant son propre univers avec des capacités particulières de certains individus, est prenant dans mon cas, et j'ai apprécié ce côté de l'intrigue. C'est donc vraiment un sujet intéressant, d'autant plus si on tient compte de notre société et de sa capacité d'évolution dans les technologies, qui rassureront ou non les lecteurs après leur lecture. 

   Pour les personnages, je ne me suis malheureusement pas plus attachée que cela à eux. Ils sont agréables à suivre, mais il n'y a pas d'attachement profond ou de lien avec eux. Luna notamment, changer assez souvent d'avis, peut-être un peu trop à mon goût. Oui, elle doute, et c'est normal, mais dans le livre, elle change d'une opinion pour son contraire plusieurs fois, et toujours sur les mêmes questions, et ça en devient un peu trop répétitif dans certains cas. Malgré cela, elle reste néanmoins l'un des personnages que j'ai préféré suivre, tout comme Astra, que l'on voit peu mais qui m'a intriguée.
   On découvrira aussi Gecko, et pour lui, je ne saurais que dire. C'est un personnage récurrent, et certaines de ces actions me feront dire que c'est un personnage que je pourrais apprécier, et d'autres me font penser que je suis finalement assez réservée sur lui. Il en fut de même pour certains personnages secondaires, que je n'ai pas vraiment réussi à cerner.

   Pour ce qui est de la fin, elle m'a un peu laissée sur ma faim. Je trouve personnellement qu'elle arrive peut-être un peu tard. L'action finale a bel et bien lieu, mais sur les vingt ou trente dernières pages, épilogue inclus. De même, j'ai trouvé qu'elle ne répondait pas à toutes les questions soulevées tout du long, de nombreuses choses restent en suspens sans réponse. Le choix est sûrement volontaire pour une sorte de fin ouverte, mais même en allant dans ce sens, je trouve qu'il manque des éléments pour conclure, surtout étant donné que c'est un one-shot, qui ne comporte donc pas de suite. Un point que j'ai trouvé plutôt dommage.

Pour conclure, cette chronique semble plutôt mitigée, mais malgré cela, j'ai plutôt apprécié cette découverte. Quelques points auraient semblé peut-être être un peu plus travaillés, mais le thème et les questionnements le long du roman m'ont vraiment plu. En tout cas, il ne faut pas oublier que la technologie, et plus particulièrement la réalité virtuelle fait partie intégrante du roman, puisque qu'elles composent l'intrigue du livre, et fera probablement se poser des questions sur notre propre société et son futur.

Ce roman (#ISBN:9782732472249) fait d'ailleurs partie de la pré-sélection pour le Prix littéraire de l'imaginaire 2018 organisé par Booktubers App, que vous pouvez retrouver grâce à #PLIB2018.