samedi 4 août 2018

[Chronique] Les Sœurs Carmines, tome 1 : Le complot des corbeaux - Ariel Holzl #PLIB2018

Auteur : Ariel Holzl
Pages : 304
Titre original : Les Sœurs Carmines, tome 1 : Le complot des corbeaux
Prix : 17,00€(papier), 7,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Les Sœurs Carmines, tome 1 : Le complot des corbeaux
• Les Sœurs Carmines, tome 2 : Belle de gris
• Les Sœurs Carmines, tome 3 : Dolorine à l'école


Résumé : Merryvère Carmine est ce qu’on appelle dans la ville de Grisaille une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et les appartements bourgeois pour gagner sa vie et celles de ses soeurs, Dolorine et Tristabelle. Fauchées comme les blés, les soeurs Carmines, orphelines, partagent une vieille bicoque près de la falaise, à l’écart de la ville où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y assassine allègrement, on s’encanaille goulument et huit familles nanties luttent en sous-main pour le trône. Il faut dire que Grisaille a le chic pour rassembler les coquins, et derrière les portes cossues des manoirs, loin des faubourgs crasseux et des ruelles coupe-gorges, vampires, nécromanciens et maîtres du feu s’affrontent. Dans ce tumulte, les Carmines tentent de tirer leur épingle du jeu…



"C'est peut-être difficile à comprendre pour un assassin, [...], mais tout ne peut pas se régler dans la vie en raccourcissant celle des autres !"





   J'avais beaucoup entendu de bien à propos de ce livre et des tomes suivants, c'était donc avec plaisir que je me suis lancée dans ce premier opus.

   L'univers de ce roman est un peu particulier, car il est sombre avec des crimes à tout-va, mais abordé de manière cynique et humoristique, légère, et c'est quelque chose que j'ai beaucoup aimé.
   Les meurtres sont courants, la mort omniprésente, comblant plusieurs centaines de cimetières rien que dans la petite ville de Grisaille. Les lecteurs appréciant l'humour un peu noir, cynique, devraient aimer ce qu'a construit l'auteur dans son roman.

   L'histoire, principalement sous le point de vue de Merryvère, et quelques fois de celui de sa petite sœur Dolorine, est entraînante, au fil des pages où l'héroïne que nous suivons doit faire face aux conséquences de l'un de ses actes, à lesquelles elles ne seraient pas forcément attendue. On suit ses déboires et les situations compliquées auxquels elle doit faire face avec si possible intégrité.
   Car en effet, Merryvère, dite Merry, au contraire d'un grand nombre des habitants de Grisaille, n'a pas envie de tuer des gens, de les faire souffrir ou de les blesser. Si elle peut l'éviter, elle le fera, ce qui n'est pas toujours du goût de sa grande sœur Tristabelle qui, elle, n'hésite jamais à utiliser les personnes en son seul intérêt. Ces deux soeurs sont à l'opposé l'une de l'autre, mais on ne peut s'empêcher de s'y attacher, de manière différente pour chacune d'entre elle. Merry, pour sa façon d'être, sa maladresse et sa dévotion pour sa famille, ou Tristabelle pour ses critiques acerbes ou son égocentrisme flagrant, des défauts qui pourraient nous rebuter, mais qui sont ici tournés en ridicule et nous permet de ne pas détester ce personnage. Pour compléter la fratrie exclusivement féminine, on a Dolorine, la petite sœur encore innocente voyant dans les activités morbides et sanguinolentes de sa ville une normalité ancrée dans sa vie. Cette petite fille est aussi attachante, avec ses capacités lui permettant de voir les fantômes et de parler avec sa poupée de tissu, mesquine et mauvaise. Chacune a une personnalité bien reconnaissable qui lui est propre, nous permettant sans mal de les reconnaître et de les différencier.
   En dehors de cette petite famille, on pourra aussi avoir Blaise, un personnage parfois ambigu, mais dont l'on a envie de suivre aussi les aventures et d'en savoir plus, ainsi que des personnages malfaisants contribuant à l'ambiance glauque de la ville. 

   Le tout se lit très rapidement, les pages défilent très vite, sans que l'on ne s'en rende compte. Cela est permis par l'écriture fluide de l'auteur ainsi que de l'intrigue entraînante qu'il nous offre dans le roman.

   Lors de la fin, on nous fait de nouvelles révélations et on nous donne une nouvelle situation, nous menant au second tome, que l'on suivra cette fois-ci sous le point de vue de l'aînée Tristabelle. Les dernières pages nous donne l'envie de découvrir la suite, de connaître le dénouement des nouvelles circonstances que l'on y découvre. 


   Pour conclure, j'ai franchement bien aimé cette lecture assez détonante de par l'ambiance particulière glauque mais cynique de la ville de Grisaille et de ses habitants, ainsi que les différents personnages, chacun avec leur propre personnalité bien reconnaissable. Cette lecture se fait très rapidement, sans temps mort, nous faisant d'autant plus apprécier ce moment passé avec ce premier tome dont la fin nous donne la situation à laquelle devra faire face la petite famille dans le second.


Ce roman (#ISBN:9782354085451) fait d'ailleurs partie de la pré-sélection pour le Prix littéraire de l'imaginaire 2018 organisé par Booktubers App, que vous pouvez retrouver grâce à #PLIB2018.



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Un commentaire ?