lundi 12 mars 2018

[Chronique] Rongés - Elanne Jesa

Auteur : Elanne Jesa
Pages : 128
Titre original : Rongés
Prix : 6,86€(papier),0,00€(numérique)

Résumé : Pour l’inspecteur Harlong et son équipier, l’officier Jator, l’enquête piétine après la découverte d’un cadavre, affreusement mutilé, au bord d’une route. L’assassin ne compte pas en rester là et les deux équipiers ne sont pas au bout de leurs macabres surprises. Ce qui est certain, c’est que la vie des deux hommes en sera bouleversée à tout jamais.









   Rongés est une oeuvre entre roman court et nouvelle longue, en ce qui concerne le nombre de pages, ainsi que son récit. 
   On débute ce dernier en assistant à un meurtre, qui conduira à l'enquête que nous allons suivre aux côtés de l'inspecteur Harlong, personnage principal. 

   Tout se déroule vite, presque trop vite, non pas dans l'action, mais dans l'avancée de l'investigation. Bien que nous ayons des ellipses, la longueur du livre nous mène à une intrigue sans retournement de situation, sans battements de cœur frénétiques, sans peur pour le personnage. Je m'attendais comme dans certains thrillers à stresser pour le personnage, à faire face à des situations extrêmes, et tout ce qui s'y joint. Mais rien de tout cela n'est véritablement présent. Nous avons bien vers la fin un événement qui correspond à une scène finale avant l'arrestation du meurtrier, mais il ne prend en réalité que quelques pages, et cela est tellement fugace qu'on a un goût de trop peu, et ce même en tournant la dernière page. Il y aurait pourtant eu de quoi en faire un thriller qui prend aux tripes, mais ce ne fut pas le cas. Le début semblait nous embarquer dans une histoire entraînante avec une idée intéressante et une écriture agréable, mais la fin contre-balance cela en allant bien trop rapidement. 

   Les personnages ne furent pas vraiment attachants dans mon cas. Que ce soit le personnage principal, son coéquipier, la partenaire de danse, aucun ne provoque de réel attachement. En réalité, Harlong m'a exaspérée à quelques reprises, dans certaines remarques, qui bien que restant pour lui-même, n'étaient pas très plaisantes, particulièrement pour la gent féminine. Rien de trop rédhibitoire ni de trop présent, mais qui m'a fait grimacer lorsque j'en prenais connaissance. 
   Sans que cela ne soit de même pour les autres personnages, ils ne créent pour autant pas d'empathie envers eux, je pense du fait de la courtesse du livre. 
   De même, le meurtrier fut quasiment absent de tout le roman, on ne le rencontre qu'une seule fois, lorsque tout est terminé pour de bon, et de ce fait, on n'a pas d'aperçu de sa personnalité, de sa psychologie, chose que je trouve intéressant de développer dans ce genre de romans. 

   Pour ce qui est de la fin, comme abordé très rapidement précédemment, elle ne nous mène pas à un état de stress comme cela est le cas dans certains thrillers, et tout ce résout tellement vite et avec une certaine facilité qu'on termine l'ouvrage avec un goût de trop peu, avec une impression que ce ne fut qu'une parenthèse rapide dans la vie de l'inspecteur, sans vraiment de conséquences psychologiques, sans que cela ne l'atteigne ni rien.

   Pour conclure, le début était plutôt prometteur, mais la fin arrive bien trop rapidement, et sans de réel retournement de situation. Que ce soit dans l'intrigue ou par les personnages, on lit ce roman presque avec détachement, ou tout du moins, c'est quasiment le cas pour la fin du roman. Le tout se lit vite, les mots défilent facilement, mais cela ne rattrape pas l'intrigue et les personnages que je n'ai pas trouvé assez poussés à mon goût, possiblement à cause de la courtesse du livre. J'ai fermé ce livre avec une impression de trop peu, avec un peu de déception, et cette lecture se révèle être une parenthèse rapide, bien que comme dit auparavant, l'écriture nous emmène rapidement et que l'idée était là.