jeudi 20 juillet 2017

[Chronique] Kirikoustra : Livre Premier - Le voyage de Kirikoustra - Kirikoustra

Auteur : Kirikoustra
Pages : 70
Titre original : Kirikoustra : Livre Premier - Le voyage de Kirikoustra
Prix : 4,99€(papier), 0,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Kirikoustra : Livre Premier - Le voyage de Kirikoustra
• ???

Résumé : L'auteur à créé Kirikoustra, personnage fabuleux qui fait le lien entre passé et présent : en effet, ce fin conteur explore la mythologie avec beaucoup de sagesse et revient régulièrement dans le présent pour nous en donner sa vision à travers des témoignages du quotidien. Inaugure-t-il un style littéraire nouveau dans cet ouvrage qui parle de l'humain ? Ci-dessus une appréciation laissé par une lectrice de Kirikoustra. Je me permets donc de la reprendre et d'en faire le synopsis de l'ouvrage. Sûrement me direz-vous que cela n'est point un synopsis, mais Kirikoustra est bien de ceux qui se refusent à être enfermés dans toutes ces cases.




"Franchement, la bêtise humaine semble être sans fin, nous savons bien faire preuve d'ingéniosité sans bornes quand il faut faire étalage de notre égoïsme. "





   On entre dans une oeuvre dans laquelle on va suivre le personnage de Kirikoustra au fil de ses réflexions, qui vont le mener à se mettre en quête de réponses, et ce, par le biais de l'écriture.
   On rencontre au fil des pages des écrits que l'on pourrait apparenter à la nouvelle à première vue, et qui permettent au personnage de Kirikoustra de faire valoir son point de vue sur le monde qu'est le nôtre.
   Chaque réflexion du personnage est extrêmement intéressante, et porte notamment sur des sujets philosophiques ou sociologiques de notre société. On a par exemple un passage de l'oeuvre qui porte sur l'égoïsme que l'on a lorsque nous sommes pressés et que les choses nous ralentissent à cause d'un accident quelconque. J'ai trouvé cette réflexion tout à fait juste, alors que j'aurais tendance à faire partie de cette part de la population.
   Ce passage n'est pas le seul, et plusieurs sujets sont donc abordés au fil des lignes, comme la distinction ou non-distinction entre le corps et l'esprit, sujet divisant les hommes, sur l'indifférence portée à certains hommes d'autres origines qui sont exterminés à plusieurs milliers de kilomètres de chez nous, sur la fierté mal placée, ...,  et qui nous mènent à réfléchir sur notre propre personne, sur notre entourage et sur notre société, particulièrement aujourd'hui, pouvant aller jusqu'à une remise en question de certains choses ou certains faits.

   Tout cela est alors inscrit dans un fil conducteur, autour du personnage de Kirikoustra, à la recherche de réponses. Ceci reste cependant en arrière-plan, et sert de lien entre les différents passages. Grâce à cela, on découvre aussi que cette oeuvre comporte une suite, afin de continuer dans la quête de Kirikoustra, quête qui nous semble encore pour le moment, assez floue à nos yeux, puisque nous savons finalement peu sur le vrai but du personnage, et quelles sont toutes ses motivations.
   La plume ajoute un air de mystère au personnage, dont nous savons finalement peu, si ce n'est son opinion face à certains sujets, et sa quête de réponses à ses réflexions dont il n'a pas tout le temps la réponse. Tout le long, on essaye de déterminer quelle sorte de personnage est Kirikoustra, mais on finit par ne jamais réellement en savoir plus. On reste alors dans un personnage très mystérieux, dont on ne saurait donner d'apparence bien définie, ni même de traits de caractère.


   En conclusion, je ne saurais trouver de meilleure description de cette oeuvre, difficile à décrire, qui se démarque par rapport à beaucoup d'autres, par sa construction, son contenu et bien d'autres. Ce fut néanmoins un bon moment que j'ai passé aux côtés de Kirikoustra, très intéressant et enrichissant, dans cette observation et méditation sur l'homme lui-même. On se rend compte que dans une certaines situations, nous réagissons pour beaucoup d'entre nous plutôt de la même manière, et que cela n'est pas toujours justifié par rapport à certaines des valeurs que nous disons défendre. Une réflexion entamée par l'auteur et le personnage, qui mérite d'être continuée voire partagée après avoir terminé les dernières lignes de cette oeuvre.



vendredi 14 juillet 2017

[Chronique] Voyage au pays de l'envie (recueil de nouvelles) - Frédéric Marcou

Auteur : Frédéric Marcou
Pages : 40
Titre original : Voyage au pays de l'envie
Prix : 5,00€ (papier), 1,49€(numérique)

Résumé : Ce livre est un recueil de cinq nouvelles fantastiques teintées de science-fiction. Il se veut ancré dans la réalité tout en laissant une large place à l’imagination et à l’imaginaire.















   Ce recueil regroupe cinq nouvelles, dont quatre d'entre elles sont disponibles sur le site de littérature libre Atramenta.
   Chacune est différente des autres, on touche à chaque fois un univers différent. On découvre notamment le thème de la réincarnation dans la première nouvelle, la liberté et l'emprisonnement dans la seconde, la magie et le mystique dans la suivante, le milieu de la recherche et scientifique dans la quatrième, puis la finalité et la mort dans la dernière.

   La première, dans la situation dépeinte, n'est pas celle qui m'a le plus marquée, à l'inverse de la dernière que j'ai particulièrement apprécié, avec ce côté imagé comme dit dans la préface, mais aussi d'une certaine manière poétique.
   La seconde s'approche d'une revisite du mythe de Sisyphe, comme souligné par l'auteur Jean-Baptiste Messier, et j'ai apprécié la manière d'avancer dans cette nouvelle, comment évoluait l'intrigue. La fin finit alors de mettre en place un univers étrange, que le lecteur ne semble pas forcément comprendre réellement.
   La troisième est assez intéressante, on sent ce que peut engendrer la différence dans une population, en bien mais aussi en mal. On voit aussi comment peut finir une personne qui se sentirait un peu trop sûr de lui alors que la situation peut s'avérer fatale, ou du moins dangereuse. La chute de la nouvelle est plutôt bien trouvée et porte d'ailleurs bien son nom.
   Pour ce qui est de l'avant-dernière nouvelle, on peut s'imaginer une facette du monde de la science et se dire que cette nouvelle pourrait d'une manière ou d'une autre s'ancrer dans notre monde, bien qu'il soit plus difficile aujourd'hui qu'il y a plusieurs années de la transposer, du fait de l'avancement très rapide de la science. On ressent la rivalité, l'envie d'être reconnu dans cette nouvelle, qui sont des sentiments que l'on voit tous les jours lorsque des intérêts entre en jeu.

   En conclusion, j'ai plutôt passé un bon moment à lire ces nouvelles, bien qu'il est vrai que ce ne soit pas le genre que je lis le plus, car j'arrive rarement à m'attacher à des personnages dans un récit extrêmement court, chose que j'apprécie retrouver dans un roman. Je suis néanmoins consciente de la difficulté de la nouvelle, dans laquelle on doit faire passer des émotions et raconter une histoire en peu de mots, mais cela reste un genre que je lis peu. L'auteur a su exploiter différents thèmes dans ces nouvelles, et je retiens plus particulièrement la dernière, celle que j'ai préféré, car elle est très imagée, très figurée, et pourtant colle parfaitement à ce que l'on peut s'imaginer de la finalité.


lundi 26 juin 2017

[Chronique] Le Masque du Silence, tome 1 - Charlène Gros-Piron

Auteur : Charlène Gros-Piron
Pages : 466
Titre original : Le Masque du Silence, tome 1
Prix : 18,90€(papier), 6,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Le Masque du Silence, tome 1
Le Masque du Silence, tome 2

Résumé : Une famille d'enchanteurs. Une Malédiction qui force l'héritière de la magie de cette même famille à porter un masque qui la rendra muette jusqu'à ce qu'elle rencontre son prince charmant. Lui seul aura le pouvoir de lui retirer. Vous imaginez ? Moi, un peu trop bien. J'ai reçu la magie pour exaucer les dernières volontés de ma grand-mère. Je ne veux pas de ce masque, et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour cacher que je suis l'élue de notre clan. Il semblerait pourtant que j'aie une destinée... et elle ne va pas tarder à me rattraper. Franchement... pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?



"Un livre, c'est le seul et l'unique moyen de s'oublier pour apprendre à se découvrir."



   On arrive aux côtés du personnage d'Hélène, qui va bientôt atteindre ses dix-huit ans, et qui provient d'une famille d'enchanteurs. Mais dans le monde des enchanteurs, il y a deux types d'individus : les enchanteurs ménagers qui manipulent la magie à un faible niveau pour les aider dans leur quotidien, et les enchanteurs de classe une, plus ou moins puissants. Seulement, Hélène fait partie d'une famille maudite depuis plusieurs générations, et elle va recevoir la malédiction et le pouvoir qui va avec de la part de sa grand-mère. Ce qui va enclencher un destin pas vraiment voulu...

   Nous entrons dans un monde où la magie est quotidienne pour une partie des individus, et dont le personnage principal, Hélène, fait partie. Et cette dernière semble destinée à un avenir important, mais dont elle ne veut absolument pas. 
   Ce premier tome nous permet d'entrer dans cet univers et d'en comprendre les aspects, tout en suivant l'évolution d'Hélène avec la magie. Le récit est prenant, et nous découvrons tout le long tous les enjeux que crée le pouvoir magique d'Hélène, l'impact qu'il peut avoir sur son entourage, et donc les conséquences. Nous sommes comme Hélène à chaque instant dans l'attente d'un événement inconnu, mais inévitable. Nous ne savons pas ce qu'il va arriver, mais en même temps, nous savons qu'il y a quelque chose qui va arriver. Et s'ajoute à tout cela le quotidien de la protagoniste, pas toujours en sa faveur, et qui lui complique parfois, voire souvent, la vie. Tout ceci pour former une histoire entraînante, qui nous le savons, prend suite dans un second tome qui a l'air tout aussi intéressant. 

   Tout cela est alors permis grâce à la présence de nombreux personnages, que nous apprécions beaucoup pour la plupart. Nous avons alors Hélène, pour qui la justice et particulièrement la protection de ceux qu'elles aiment importe, et son chat garde du corps Fasolasi formant à eux deux un duo joyeux et amusant, mais aussi les monarques Arthur et Catherine, les amis d'Hélène, sa famille, qui sont chacun des personnages attachants et qui apportent leur grain au récit. Mais nous avons aussi des personnages plus détestables, comme il y en a toujours dans les histoires, et que nous aimons mépriser au plus au point. 
   Le long du récit, on sent Hélène vraiment évoluer, et ce grâce aux autres. On note alors l'importance de l'amitié, qui permet de faire ressortir le meilleur de nous-même lors de certains moments, et qui permet aussi de faire face à ce que nous redoutons et n'osons nous avouer afin de mieux les combattre. 
  On sent aussi beaucoup la passion des livres de l'autrice, lors de différents passages, dans lesquels on peut se reconnaître, et qui fait qu'on apprécie encore plus le personnage d'Hélène.

   Entre les moments d'action, nous avons aussi droit à des moments plus calmes, plus doux, avec la rencontre, la découverte entre deux êtres qui s'aiment et découvrent l'amour pour la première fois. On reconnait l'amour que l'on découvre seulement, mais fort, qui peut unir deux personnes. Ceci permet à Hélène de se canaliser et de tenir le coup malgré les événements qui s'abattent sans prévenir sur ses épaules. 

   De même, j'ai particulièrement apprécié la touche d'humour de Charlène Gros-Piron, découverte dans le premier tome de "Les Originels", qui apporte un plus indéniable, et qui est caractéristique de l'autrice. Cela fait toujours sourire, sans jamais aller vers le vulgaire, mais plutôt dans l'absurde, et j'aime beaucoup cette touche propre à sa plume. Je retiens particulièrement les insultes toujours originales, ainsi que la scène du masque, qui est effectivement plutôt drôle à imaginer.


   En conclusion, j'ai vraiment apprécié ma lecture, aux côtés d'Hélène et des autres personnages, dans une histoire entraînante pleine de magie. On découvre ici tous les enjeux reposant sur le personnage principal, qu'elle devra sans doute résoudre dans le second tome. La plume de Charlène Gros-Piron est toujours un plaisir à lire, moderne avec un humour bien particulier très agréable, et qui donne le sourire et l'envie de se plonger dans un autre roman plein de magie de l'autrice.


[Chronique] Naïade - Maria Surducan & Anna J. Benczédi

Auteurs : Maria Surducan (scénario)  & Anna J. Benczédi (dessins)
Pages : 64
Titre original : Naïade
Prix : 17,00€(papier)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Naïade

Résumé : Dans les montagnes lointaines de l’est de l’Europe, Vlad, un jeune chercheur d’or, tombe sous le charme d’une naïade qui vit dans le lit de la rivière. Bientôt, il conquiert le cœur de la belle créature.
Elle l’initie alors aux secrets de la nature, sans en percevoir l’impact sur l’équilibre sauvage de la forêt.
Naïade est un conte fantastique et métaphorique doux amer, où chacun puisera à sa guise des éléments de rêverie et de réflexion sur l’homme et la nature.




"Si le mal s'approche de toi ... L'eau, de suite, l'emportera. Les serpents vont l'assaillir et ils le feront fuir !"




   Dès la bande dessinée en main, on voit une superbe couverture dans les tons verts, féerique, et qui correspond à une partie des planches que nous allons découvrir. Dans les premières pages, on découvre des hommes qui sont dans l'optique de la ruée vers l'or, sauf un, qui souhaite seulement être tranquille après des années de périples infructueux. Mais c'était sans compter sur l'apparition d'une jolie naïade qui veut conquérir cet homme et lui apporter la richesse.

Une des planches de l'album
   A partir de là, on suit l'évolution des personnages sur une période assez longue, chacun à sa manière. Nous avons Vlad, l'homme qui va tomber sous le charme de la Naïade, et qui en partant de rien, va construire sa vie, mais aussi la naïade qui l'aide dans sa quête du bonheur, ainsi que les autres chercheurs d'or. Des personnages intéressants, mais auxquels je ne me suis pas attachée et dont je ne comprenais pas toujours l'attitude.

   Pour ce qui est de l'histoire, nous ne suivons pas réellement un fil conducteur particulier, si ce n'est la vie des chercheurs d'or aux côtés de Vlad et la naïade. Une vie qui semble paisible, mais qui a un impact important sur la nature et la forêt.
   En effet, la bande dessinée nous fait nous poser des questions sur l'évolution de l'homme, avec les inventions destructrices pour la nature, à l'impact négatif qu'il a eu et a sur la nature. Dans l'album, on voit vraiment l'homme devenant un ennemi de la nature, qui la refuse presque au profit de son propre intérêt. On se pose alors des questions sur l'existence de l'homme et son influence sur ce qui l'entoure, en bien ou en mal. On découvre dans cet album des hommes qui sont égoïstes et qui n'ont cure de ce qui n'est pas en leur faveur ou dans leur intérêt. Des sujets d'actualité dans certains domaines, et particulièrement avec la déforestation, les ressources non-renouvelables, l'extinction de certaines espèces, .., et qui nous mettent face à notre condition.

   Pour rendre cette histoire plus positive, nous avons l'amour qui a une place importante dans l'histoire, et dont on ressent la force, son pouvoir d'unir les êtres vivants. On le retrouve sous plusieurs de ses formes, que ce soit l'amour parental, l'amour entre deux êtres vivants, l'amour fraternel, ... Des touches positives qui ponctuent le récit et permet de ne pas tomber dans la morale pure et dure.

   Tout ceci est alors mené par des planches pleines de beauté, avec parfois peu de dialogues lorsque les mots n'étaient pas nécessaires. Visuellement, j'ai beaucoup aimé découvrir les dessins alliant nature, féerie mais aussi les constructions humaines, afin de nous montrer l'époque de la ruée vers l'or. Les dessins nous transmettent la beauté de la nature, la beauté de certaines créations humaines, mais aussi l'horreur de certaines inventions, qui pourtant font partie des objets que nous connaissons tous, comme les armes par exemple.


   En conclusion, je retiens particulièrement de cet album les illustrations que j'ai vraiment appréciées, ainsi que le thème choisi. Il est vrai que les personnages ne m'ont pas particulièrement attirée par leur personnalité, et malgré certains choix que je ne comprenais pas, d'autres choix m'ont paru naturels et en phase avec eux-même.
   Je ne connaissais d'ailleurs pas cette maison d'éditions, et après avoir parcouru leur catalogue, je pense que c'est à présent une maison à suivre, et que je ne regrette absolument pas avoir découverte grâce à cet album !


vendredi 16 juin 2017

[TAG] Tag PKJ : Le Bac

Bonjour tous et à toutes ! 
On se retrouve aujourd'hui sur le blog pour un nouveau TAG, celui-ci lancé il y a peu par PKJ (Pocket Jeunesse). Ces TAG sont en général mensuels, et chacun est différent des autres.
En pleine période de Bac, que je suis en train de passer, je pensais que ce serait une bonne idée de le faire.






Français : citer un livre d'un auteur français dont vous avez apprécié la plume.
• Tu as promis que tu vivrais pour moi - Carène Ponte
Parmi mes dernières lectures d'auteurs français, je citerais Carène Ponte, donc j'ai beaucoup aimé la plume lors de ma lecture.










Mathématiques : citer un livre dont la couverture évoque les maths.
• Le théorème des Katherine - John Green
En effet, c'est la couverture qui me vient à le seconde pour celui-ci, et plus particulièrement l'ancienne couverture.











Anglais : citer un livre dont le titre est en anglais (mais le contenu en français).
• Body Finder - Kimberly Derting
Dont nous n'aurons jamais les troisième et quatrième tomes, qui ne seront pas traduit en français.











Histoire : citer un livre dont l'intrigue se déroule dans un passé lointain.
• Le sel de nos larmes - Ruta Sepekys
La période la plus lointaine que j'ai pu rencontré dans un livre pour le moment est la période de la Seconde Guerre Mondiale, et ce livre est celui qui m'a le plus touchée.









Géographie : citer un livre dont l'histoire se déroule dans un endroit que vous savez placer sur une carte.
• A pile ou face - Samantha Bailly
Pour ce livre, il n'y a aucun problème, puisque l'intrigue se déroule en grand partie à moins de 2 km de chez moi !









Philosophie : citer un livre qui vous a fait réfléchir.
• Entre chiens et loups - Malorie Blackman
Ce livre m'a profondément touchée, et m'a fait réfléchir sur le racisme et ses conséquences sur les hommes.










Physique/chimie : citer un livre avec un personnage geek.
• Boyfriend App - Katie Sise
On retrouve pas moins d'au moins 3 personnages dits geeks, dont le personnage principal féminin.










Economie : citer un livre dans lequel le héros exerce une activité professionnelle.
• Une (irrésistible) envie de sucré - Meg Cabot
Le personnage principal est directrice adjointe dans une résidence universitaire américaine, après avoir fait carrière dans la chanson.










Sciences : citer un livre où les lettres SCIEN sont présentes dans le titre.
• Promise, tome 3 : Conquise - Ally Condie












LV2 : citer un livre écrit ni en Français, ni en Anglais.
• La ciudad de las bestias - Isabel Allende
C'est un livre écrit en espagnol que l'on trouve en version française sous le titre "La cité des dieux sauvages", que j'ai très envie de lire en version originale.










Sport : citer un livre dans lequel le héros fait de la course à pied/du running.
• The Ones - Daniel Sweren-Becker
Si je ne me trompe pas, le personnage principal, Cody, fait de la course à pieds, notamment au sein de l'équipe sportive de son école.






Voilà mes réponses à ce TAG ! Je trouve que l'idée de celui-ci est très sympa, et est du coup en pleine adéquation avec la période des examens et donc de celui du baccalauréat ! N'hésitez pas à répondre aussi à ce TAG, et bonne chance et bon courage à tous ceux qui sont en période d'examens !

dimanche 11 juin 2017

[Chronique] Destiny - Cecelia Ahern

Auteur : Cecelia Ahern
Pages : 300
Titre original : Flawed
Prix : 18,00€(papier), 12,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Destiny
• Perfect (titre en version originale)

Résumé : Parfois, il faut choisir l’imperfection pour être Parfait.

Dans le monde de Celestine North, chaque citoyen doit être Parfait. Quiconque commet la moindre erreur se voit marqué du sceau de l’Imperfection.

Pour qui a pris une mauvaise décision : c’est sur la tempe.
Pour qui a menti : la langue.
Pour qui a commis un vol : la paume de la main droite.
Pour qui s’est montré déloyal : le cœur.
Pour qui s’est écarté du droit chemin : la plante du pied droit.

Celestine mène une vie parfaite au sein d’une famille parfaite et au bras du petit ami parfait. Elle pense incarner l’idéal de la société.

Et si Celestine s’était trompée ? Si c’était le système lui-même qui était Imparfait ?



"On humanise les objets, on déshumanise les hommes."



   Celestine vit dans une société où toute mauvaise décision entraîne un jugement, puis puni par une marque soulignant son isolement de la société, à devoir subir tout un nombre de règles strictes. Elle, elle est parfaite, ou tout du moins jusqu'à un événement qui bouleverse toute sa vie et son avenir.
   C'est dans ce monde que nous nous trouvons donc plongés, aux côtés de Celestine, jeune fille de dix-sept ans, qui excelle à l'école et particulièrement en mathématiques. Nous suivrons chacune de ces décisions, chacune des leurs conséquences, chacun de ces choix, dans ce monde où tout doit être parfait.

   L'héroïne est assez attachante, bien qu'elle ne soit pas entrée parmi mes personnages favoris. Elle a néanmoins l'avantage de changer d'autres personnages, tout chez elle fonctionne selon la logique, comme dans les mathématiques. Et c'est cette façon de voir les choses qui va la mener à devoir faire face à différentes épreuves.
   On sent le personnage évoluer dans l'histoire, notamment sa vision sur les Imparfaits : et si finalement, ces gens ne sont-ils pas comme les autres ? Méritent-ils vraiment leur châtiment ? Des questions que Celestine se posera, et qui influenceront son jugement dans le récit. La jeune femme est un personnage fort, qui ne se rend pas compte de l'influence qu'elle peut avoir, peu importe dans quel camp.
   On croise d'autres personnages dans cette histoire, mais on s'y attache assez difficilement pour un nombre considérable d'entre eux. Cela s'explique assez facilement par la façon de voir les choses de l'héroïne, qui n'accorde pas rapidement sa confiance aux autres suite à ce qu'elle a subi, ce qu'on ressent dans le roman.

   Pour ce qui est de l'histoire, j'ai trouvé le concept original, et j'ai apprécié ce type d'univers, qui s'ancre plutôt bien dans la réalité, puisqu'on retrouve d'ailleurs à plusieurs reprises des pays européens cités dans le livre. On suit une héroïne tantôt battante, tantôt démotivée, mais qui montre qu'on n'est pas toujours dans une optique de justice malgré les injustices existantes qui nous étouffent.
   J'avoue avoir été un peu déçue par un aspect de l'histoire, non pas réellement dans l'intrigue, que j'ai trouvé vraiment sympa et bien menée, mais parce que je trouvais qu'il manquait un peu d'action dans ce premier tome. Tandis que j'attendais des moments de véritable rébellion avec des actions concrètes, on reste pour l'instant sur actions sans réelles conséquences dans le récit, ce qui fait que ce tome semble plutôt être une introduction pour la suite.
   Mais malgré cet aspect un peu ennuyant pour moi, l'autrice a su construire une hiérarchie dans son roman qui tient la route, avec des enjeux politiques et sociaux à chaque instant, de la folie et de l'abus de pouvoir, mais aussi une organisation cohérente du système pénal établi dans le roman. On retrouve aussi des personnages de fond qui correspondent pleinement à notre réalité, des gens qui ont peur de la différence, qui ont peur d'être exclus, qui ont peur de perdre leur vie confortable. Cet point du roman permet d'ancrer encore mieux le récit dans notre propre monde.

   Grâce à ce roman, Cecelia Ahern soulève un sujet important, celui de vouloir approcher de la perfection chez certaines personnes, et qui fait réfléchir sur cette notion de perfection et d'erreur. J'ai aimé voir ce type de sujet abordé dans un roman, notamment alors que nous sommes aujourd'hui dans un monde où le paraître semble fondamental. Nous avons le droit à l'erreur, et nous ne pouvons être parfaits. Comme le dit l'autrice "N'ayons pas peur d'être imparfaits. [...] Acceptons qu'il est humain d'être imparfait".


   En conclusion, ce roman traite un sujet original dans cette dystopie, avec les notions de la perfection, de la morale et de l'erreur qui nous font nous-même nous questionner sur ces dernières. L'univers est bien élaboré sous tous les angles et on veut connaître la suite des aventures de Celestine, car malgré que ce tome semble plutôt être une introduction au prochain tome afin de poser les fondations solides pour le récit, les dernières pages nous prouvent que l'on passe à la vitesse supérieure dans la suite de la série. Je pense donc ne pas passer à côté de la suite des aventures de Celestine, un personnage fort, qui a de grandes choses à accomplir dans la société dans laquelle elle vit, et dont nous voulons en savoir plus.



mercredi 31 mai 2017

[Chronique] Tu as promis que tu vivrais pour moi - Carène Ponte

Auteur : Carène Ponte
Pages : 362
Titre original : Tu as promis que tu vivrais pour moi
Prix : 18,95€ (papier), 4,99€(numérique)

Résumé : Et si on prenait le risque d'être heureux ?

Quand on a trente ans, on n'est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C'est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte.

Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil.

Lorsque Molly reçoit quelques jours après l'enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que son engagement va l'entraîner bien plus loin que ce qu'elle imaginait...




""Je n'ai pas envie de ne plus penser à elle. Grâce à ces enveloppes, elle sera encore avec moi pour douze mois. Douze tout petits mois.""




   On commence le roman avec l'héroïne qui se réveille pour la journée de l'enterrement de sa meilleure amie. On y sent sa détresse ainsi que la complicité qu'il y avait entre les deux personnages. Quelques pages plus loin commence le fil conducteur que nous allons suivre le long du roman aux côtés de Molly. Cette promesse qu'a fait Molly va la conduire à suivre la dernière demande de sa meilleure, peu importe ce qu'elle lui demande dans ces fameuses lettres. Une demande qui va l'emmener bien plus loin qu'elle le pensait.

   L'histoire est vraiment prenante, on se prend à espérer que Molly réalise ses rêves, soit heureuse, et ce malgré la douleur du décès de sa meilleure amie. On sent bien que cela l'a affectée, de manière profonde, et l'autrice a su retranscrire l'une des formes de deuil que l'on vit après la mort d'un être cher. Ici, on voit que le personnage principal veut rendre hommage à son amie en réalisant ces dernières demandes faites par le biais de lettres que Molly reçoit quelques temps après l'enterrement. 

   Tout le long, on voit que la jeune femme cherche à être heureuse, tout en rendant son entourage heureux aussi. On s'attache à elle, on s'identifie à elle, car finalement, elle est une personne comme une autre et vit des événements que tout un chacun peut vivre. L'histoire m'a emportée, dans cette histoire de vivre sa vie pleinement, de lettres, qui ont donné une originalité certaine au roman.    Lorsqu'on avance dans le roman, on se pose des questions sur ces écrits, notamment, comment le roman peut-il contenir les douze demandes un nombre de pages restreints ? Et finalement, on comprend, et on se dit que c'était comme ça que cela devait se passer.
   J'ai beaucoup aimé le récit, avec le plusieurs milieux abordés, notamment celui de la pâtisserie, mais surtout celui de la danse, que j'ai vraiment apprécié suivre dans cette histoire. C'est un lien fort avec l'héroïne et qui prend une part importante dans le roman. 

   Les personnages sont aussi extrêmement attachants, et ce pour tous. Molly est d'une gentillesse et d'une simplicité qui me plaisaient particulièrement, tout comme le reste de sa personnalité, qui forme un tout dont l'on veut suivre les aventures de la meilleure manière possible. Il en est de même pour les autres personnages, que ce soit ceux que l'on voit moins, ou ceux que l'on croise plus régulièrement. Marie, Viviane, Nadège, Susan, John, Lou, Gabriel, et encore bien d'autres, ... Chacun a su se faire sa place dans le roman et dans la vie de Molly. Chacun m'a fait vivre des émotions, que cela soit le rire, la tristesse, l'empathie, la tendresse, ... 

   Dans le livre, les relations prennent une place importante, que cela soit l'amitié, ou l'amour sous toutes ses formes. De belles relations qui évoluent, parfois en mieux, parfois en pire, mais qui illustre parfaitement les relations humaines que nous entretenons dans notre vie, avec des hauts et des bas, des découvertes, des déceptions, des surprises.
   J'ai beaucoup aimé suivre chacun de ses personnages dont on se sent proche dans leurs doutes, leurs forces, leurs faiblesses, leurs sentiments, et ce jusqu'à vouloir en savoir bien plus sur certains personnages et sur certaines relations, dont j'ai l'impression d'en connaître qu'une infime partie. J'ai parfois même eu l'impression de voir briller des étoiles dans les yeux des personnages, notamment dans ceux des enfants que nous découvrons lors de l'histoire.

   Carène Ponte a su mené son récit avec une justesse incroyable, et a su parler de la vie et du deuil de manière à ce qu'on ne s'apitoie pas sur la mort, mais qu'on profite tout en pensant à ceux qu'on aime, à ceux qu'on a perdu. La gravité de certains moments, qui ponctuent la vie de façon plus ou moins importantes, sont en parfait équilibre avec les moments plus légers, emprunts d'humour bien choisi ou de bonheur. Un roman qui me laisse un bon souvenir, et dont je ne voudrais quitter les personnages.


   En conclusion, ce roman est très belle découverte que je ne regrette absolument pas. J'ai rêvé, souri, vécu avec les personnages que j'aimerais mieux connaître et ne pas quitter. L'histoire de Molly est d'une justesse et d'un réalisme qui touche et nous rappelle nos propres vies, nos propres décisions.  
 Finalement, certaines décisions parfois importe peu si au bout, elles nous permettent de trouver le bonheur. Un livre plein de vie, malgré l'un des sujets abordés, qui nous donne envie de profiter, de faire ce que l'on rêve si cela ne nuit à personne.
   Une belle leçon de vie qui m'a touchée et m'a fait voyager, et c'est avec un sourire aux lèvres que je repense aux pages que j'ai terminé il y a peu et que je ne regrette pas avoir tournées.